Forum Algérien de Médecine Index du Forum

Forum Algérien de Médecine
Cours, cas cliniques & mises à jour scientifiques

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 www.skymedz.xooit.com 
Bienvenue Invité, nous vous invitons à lire : Manuel d'utilisation - Sujets favoris
Santé Orthopédique  sante.orthodz.com 
Bilan hépatique perturbé : quand demander une sérologie des hépatites ?

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum Algérien de Médecine Index du Forum -> Forums Généraux -> Revue de Presse Médicale
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
doc.red
Modérateur Général
Modérateur Général

Hors ligne

Inscrit le: 04 Nov 2009
Messages: 945
Profession: medecin
Grade:: Résident
Lion (24juil-23aoû) 虎 Tigre
Point(s): 1 032
Moyenne de points: 1,09

MessagePosté le: Mer 30 Mar - 21:29 (2011)    Sujet du message: Bilan hépatique perturbé : quand demander une sérologie des hépatites ? Répondre en citant

Le bilan hépatique fait partie des examens biologiques les plus couramment prescrits en médecine générale. Il n'est donc pas rare que le médecin se retrouve face à un patient dont le bilan hépatique est perturbé alors que la clinique est strictement normale. Il lui est alors difficile de décider de la façon optimale de poursuivre les investigations. L'interrogatoire fait parfois « remonter » des antécédents familiaux d'hémochromatose, ou le profil des anomalies hépatiques oriente vers une maladie de Gilbert ou encore une cirrhose biliaire primitive, mais dans la plupart des cas rien ne vient l'aider dans l'orientation à suivre.
L'hépatite virale est souvent le premier diagnostic à envisager. Il s'agit en effet d'une pathologie fréquente, sérieuse et dont la prise en charge précoce est bénéfique alors qu'un retard de diagnostic peut être préjudiciable au patient. La démarche « intuitive » et préconisée par un certain nombre de recommandations est celle de répéter le bilan hépatique et de ne tester pour les hépatites que les patients chez lesquels les anomalies persistent. Mais cette démarche est-elle la plus efficace ?
C'est ce qu'a cherché à savoir une équipe de Birmingham en comparant 7 différentes démarches diagnostiques possibles. Ont été inclus dans cette étude 1 236 patients qui se présentaient avec une anomalie du bilan hépatique sans étiologie évidente. Chez 13 d'entre eux, le bilan complémentaire conclura à une hépatite, B pour 9 patients, C pour les 4 autres, soit une prévalence de 1,1 %, à peine plus élevée que celle de la population générale. Aucun patient ne consommait de drogues intra-veineuses.
La stratégie « intuitive », la plus souvent adoptée par les praticiens, n'est sans doute pas la démarche optimale, puisque avec, certes, une sensibilité de 100 %, elle a une faible valeur prédictive positive (1,15, IC 95 % 0,64 à 2,05) et un coût très important. L'attitude qui consiste à ne retenir que les patients ayant des transaminases supérieures à 2 fois la norme a, quant à elle, une faible sensibilité mais s'avère beaucoup moins coûteuse et a une bonne valeur prédictive. L'origine des patients paraît aussi un élément décisionnel important, 11 des patients dépistés dans l'étude étaient originaires de pays classés par l'OMS comme à moyen ou à haut risque d'hépatite.
Finalement les auteurs préconisent une stratégie qualifiée de « rapide et économique », et élaborent un arbre décisionnel offrant selon eux le meilleur rapport coût-efficacité et consistant à réaliser un test de dépistage des hépatites chez les patients dont l'interrogatoire ou la clinique sont évocateurs d'une toxicomanie intra-veineuse, ou qui sont originaires de pays à risque intermédiaire ou élevé, ou dont les transaminases sont à deux fois la norme.
Ils concluent finalement en espérant que l'extension des programmes de vaccination contre l'hépatite B dans les pays en voie de voie développement ainsi que de meilleures conditions sanitaires changent la donne dans les années à venir et obligent à revoir cette stratégie.


Arnold D.T. et coll.: Should patients with abnormal liver function tests in primary care be tested for chronic viral hepatitis: cost minimisation analysis based on a comprehensively tested cohort BMC Family Practice 2011
________________________
c'est la volonté d'un homme qui fait son destin


Revenir en haut
Yahoo Messenger MSN Skype
Publicité






MessagePosté le: Mer 30 Mar - 21:29 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum Algérien de Médecine Index du Forum -> Forums Généraux -> Revue de Presse Médicale Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com