Forum Algérien de Médecine Index du Forum

Forum Algérien de Médecine
Cours, cas cliniques & mises à jour scientifiques

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 www.skymedz.xooit.com 
Bienvenue Invité, nous vous invitons à lire : Manuel d'utilisation - Sujets favoris
Santé Orthopédique  sante.orthodz.com 
L'invasion du méningocoque

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum Algérien de Médecine Index du Forum -> Forums Généraux -> Revue de Presse Médicale
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
DR_RI.OPHTA
Modérateur Général
Modérateur Général

Hors ligne

Inscrit le: 26 Juin 2009
Messages: 410
Profession: étudiante
Grade:: Externe
Gémeaux (21mai-20juin) 馬 Cheval
Point(s): 543
Moyenne de points: 1,32

MessagePosté le: Lun 28 Fév - 19:33 (2011)    Sujet du message: L'invasion du méningocoque Répondre en citant

L'invasion du méningocoque 
 
 
© Guillaume Duménil, Guillain Mikaty et Stephanie Guadagnini
Des centaines de méningocoques, vus en microscopie électronique, forment ici un agrégat qui adhère à la surface de la gorge. 


Des biologistes français ont découvert comment la bactérie de la méningite se transforme pour se disséminer dans l'organisme.

Dans 20 à 25 pour cent des cas, les méningites - infections des méninges qui entourent le cerveau - sont dues à une bactérie spécifique à l'homme, le méningocoque. La maladie se caractérise par l'apparition brutale de fièvre, de frissons et de douleurs à la tête ; elle est mortelle si elle n'est pas traitée avec des antibiotiques. La prolifération des méningocoques peut provoquer une septicémie (une infection sanguine) et une méningite. Or cette bactérie est présente dans la gorge de 10 à 30 pour cent des individus, mais sous forme non pathogène : elle ne passe pas dans le sang et n'atteint pas le cerveau. Dès lors, comment devient-elle dangereuse ? L'équipe Inserm 970 de Guillaume Duménil, à l'Université Paris Descartes, a découvert comment.

Neisseria meningitidis, le méningocoque, possède des excroissances particulières, nommées pili, qui lui permettent d'adhérer aux cellules de la gorge, de se multiplier, puis de former des agrégats. Quand ces agrégats se fragmentent, des méningocoques s'échappent et pénètrent dans le sang depuis les parois de la gorge. Pourquoi les agrégats de bactéries se défont-ils ? Une protéine, la piline, est le principal constituant des pili. Or la piline peut fixer différents groupes chimiques : des phosphocholines, des phosphoéthanolamines et des phosphoglycérols. En étudiant la composition chimique de la piline par spectroscopie de masse selon le stade de développement des méningocoques, les biologistes français ont montré que la présence de phosphoglycérols déclenche la dissémination de la bactérie : quand ces groupes chimiques se fixent à la piline, cette protéine des pili voit ses propriétés modifiées ; la bactérie perd alors la capacité de former des agrégats contre les cellules de la gorge et se répand.

 
© G. Duménil/Inserm 
Le pilus du méningocoque est formé de protéines pilines (en vert); il permet à la bactérie d'adhérer aux cellules de la gorge, de se multiplier et de former des agrégats. Mais quand des phosphoglycérols (en rouge) se fixent aux pilines, les agrégats de méningocoque se rompent et la bactérie se dissémine. 

En outre, G. Duménil et ses collègues ont identifié le gène de la bactérie, pptB, qui commande l'ajout des phosphoglycérols sur la piline. Une surexpression de ce gène, lorsque les bactéries adhèrent aux cellules de la gorge, provoque leur dissémination. Reste à savoir pourquoi ce gène ne s'emballe que dans certains cas.
En décembre 2010, une autre équipe française avait montré comment le méningocoque traverse la barrière des vaisseaux sanguins : il exprime un récepteur particulier, nommé b2-adrénergique, qui favorise la déstabilisation des protéines de la paroi sanguine et rompt son étanchéité. Ces résultats devraient permettre la mise au point de molécules diminuant l'invasion du méningocoque dans les cas graves de méningite ou de septicémie.


et voici Le cycle d’invasion du méningocoque:

 



 
Pour la Science Magazine 
Bénédicte Salthun-Lassalle 

________________________
Ceux qui savent ne parlent pas. Ceux qui parlent ne savent pas.
Le sage enseigne par ses actes, non par ses paroles.


Revenir en haut
MSN
Publicité






MessagePosté le: Lun 28 Fév - 19:33 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum Algérien de Médecine Index du Forum -> Forums Généraux -> Revue de Presse Médicale Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com