Forum Algérien de Médecine Index du Forum

Forum Algérien de Médecine
Cours, cas cliniques & mises à jour scientifiques

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 www.skymedz.xooit.com 
Bienvenue Invité, nous vous invitons à lire : Manuel d'utilisation - Sujets favoris
Santé Orthopédique  sante.orthodz.com 
Kyste hydatique du pancréas : une localisation exceptionnelle

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum Algérien de Médecine Index du Forum -> Forums Généraux -> Revue de Presse Médicale
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Khaled.dz
Fondateur
Fondateur

Hors ligne

Inscrit le: 10 Sep 2008
Messages: 4 229
Profession: Médecin
Grade:: Résident
Point(s): 5 773
Moyenne de points: 1,37

MessagePosté le: Mer 1 Déc - 15:36 (2010)    Sujet du message: Kyste hydatique du pancréas : une localisation exceptionnelle Répondre en citant

M. Abid a, A. Guirata, K. Ben Salah a, M. Khlif a, F. Frikha a, R. Mzali a, M. Bem Amar a and M.I. Beyrouti a

a EPS Habib Bourguiba, service de chirurgie générale, 3029 Sfax, Tunisie

Received 29 September 2008;
accepted 18 March 2010.

Available online 3 June 2010.

La localisation pancréatique du kyste hydatique est rare, ne représentant que moins de 1 % de l’ensemble des localisations, ce qui peut expliquer les difficultés du diagnostic. Elle touche exceptionnellement l’enfant. Nous rapportons une observation survenue chez une fille de 11 ans et révélée par une douleur abdominale et un ictère cutanéomuqueux. À travers cette observation et une revue de la littérature, nous discutons les difficultés diagnostiques et les modalités du traitement chirurgical de cette localisation inhabituelle de la maladie hydatique.

1. Introduction

La localisation pancréatique du kyste hydatique est exceptionnelle [1]. Elle représente moins de 1 % de l’ensemble des kystes hydatiques en zone d’endémie [1] and [2]. Malgré l’apport de l’imagerie moderne le diagnostic reste difficile. À travers une observation pédiatrique, nous essayons de préciser les difficultés du diagnostic et de décrire les particularités du traitement chirurgical de cette affection.

2. Observation

Il s’agissait d’une fille âgée de 11 ans, sans antécédent pathologique, originaire d’une zone d’endémie hydatique. Elle était hospitalisée pour des douleurs de l’hypochondre droit avec un ictère cutanéomuqueux généralisé évoluant depuis 3 mois. L’examen clinique avait trouvé une hépatomégalie (flèche hépatique à 14 cm) et une masse épigastrique de 7 cm de grand axe, fixée par rapport au plan profond, ferme et indolore. Le bilan biologique montrait une cholestase (bilirubine totale à 140 μmol/L, bilirubine conjuguée à 80 μmol/L, phosphatases alcalines à 700 UI/L) et une cytolyse (aspartate aminotransférase 320 UI/L, alanine aminotransférase 288 UI/L), le taux de prothrombine était à 75 %. La fonction rénale était normale ainsi que l’amylasémie (50 UI/L). L’échographie abdominale montrait une formation kystique de 50 mm de diamètre, anéchogène et développée au dépend de la tête du pancréas. La tomodensitométrie abdominale confirmait qu’il s’agissait bien d’une masse kystique de la tête du pancréas avec dilatation des voies biliaires intra- et extrahépatiques (fig. 1). La radiographie du thorax était normale. Le diagnostic d’une formation kystique du pancréas était retenu, mais sa nature hydatique n’était pas reconnue. L’exploration par une laparotomie médiane sus-ombilicale concluait à un kyste hydatique de la tête du pancréas de 5 cm de diamètre, univésiculaire, à contenu eau de roche, enchâssé dans le parenchyme pancréatique, comprimant le second duodénum et la voie biliaire principale qui était dilatée à 18 mm (fig. 2). Une duodénotomie était réalisée à travers laquelle on pouvait pratiquer une ponction-stérilisation du kyste, une kystotomie longitudinale, une évacuation de la membrane proligère du kyste et la confection d’une anastomose kystoduodénale. Les suites opératoires étaient simples avec une régression de l’ictère, une disparition de la douleur et une normalisation du bilan biologique. La patiente sortait au 10e jour postopératoire. Avec un recul de 22 mois, la patiente était asymptomatique. Les contrôles échographiques n’avaient pas décelé de récidive hydatique et l’immunologie était négative.


  
Figure 1. Tomodensitométrie abdominale : lésion hypodense de la tête du pancréas non rehaussée par l’injection de produit de contraste avec dilatation des voies biliaires intrahépatiques.


  
Figure 2. Membrane proligère du kyste avec l’aspect eau de roche du liquide d’aspiration.

3. Commentaires

L’hydatidose est secondaire au développement chez l’homme de la forme larvaire de l’Echinococcus granulosus. La localisation pancréatique représente moins de 1 % des kystes hydatiques et 0,2 % des localisations abdominales. Elle est isolée dans 91 % des cas avec une légère prédilection pour la portion céphalique (57 %). Le kyste hydatique du pancréas (KHP) n’a été qu’exceptionnellement rapporté chez l’enfant.

Le mode d’infestation du pancréas se fait par voie hématogène après passage des filtres hépatique et pulmonaire. Au niveau du pancréas, le kyste augmente progressivement de volume, refoule le parenchyme pancréatique, comprime puis érode les organes avoisinants. Dans notre observation, le kyste comprimait le second duodénum et les canaux biliaires.

Le KHP n’a pas de signes cliniques spécifiques. Sa symptomatologie est fonction du siège et de la taille du kyste. Cette localisation inhabituelle peut en effet être révélée par une douleur épigastrique chronique, un ictère rétentionnel (localisation céphalique) ou une masse épigastrique. Dans notre observation, les signes révélateurs étaient un ictère associé à une masse épigastrique. Mais le plus souvent, le diagnostic se fait après complication du kyste : suppuration, fistulisation dans la voie biliaire principale, hypertension portale par compression de la veine splénique, pancréatite aiguë.

L’échographie, la tomodensitométrie et l’imagerie par résonance magnétique (IRM), permettent sans difficulté de retenir le diagnostic d’une lésion kystique pancréatique, mais le diagnostic préopératoire de la nature hydatique du kyste est extrêmement difficile à reconnaître. Néanmoins, certains signes peuvent aider à évoquer le diagnostic notamment des calcifications périkystiques, la présence de vésicules intrakystiques, un décollement de la membrane hydatique ou l’association d’autres localisations plus évidentes de kyste hydatique (foie). La sérologie hydatique trouve là tout son intérêt. En cas de persistance d’un doute diagnostic, le recours à l’échoendoscopie est d’un grand apport car elle permet une meilleure étude du contenu kystique. Cependant, la confrontation des données épidémiologiques, radiologiques (échographie, tomodensitométrie, IRM et éventuellement, échoendoscopie) et immunologiques permettent, parfois, de confirmer la nature hydatique d’une masse kystique pancréatique.

Le diagnostic différentiel se pose avec les autres tumeurs macrokystiques du pancréas. Le pseudokyste se distingue de la maladie hydatique par l’absence d’une paroi propre, l’histoire et le contexte cliniques. Le cystadénome et le cystadénocarcinome se caractérisent par le rehaussement, après injection du produit de contraste au scanner, des bords et des cloisons intrakystiques. Il faut distinguer chez l’enfant un kyste hydatique univésiculaire d’une dilatation kystique congénitale du cholédoque type Ib selon la classification de Todani qui se caractérise par une dilatation isolée du cholédoque sans obstacle endocanalaire à l’imagerie aves des voies biliaires intrahépathiques fines et une vésicule non distendue.

Le traitement du KHP est chirurgical. Le choix du geste dépend du siège du kyste et de l’existence ou non d’une fistule kystocanalaire. En fait, il est actuellement admis par la majorité des auteurs que pour les localisations corporéocaudales, la morbidité du drainage après résection du dôme saillant (fistule pancréatique) doit faire préférer les interventions d’exérèse type splénopancréatectomie gauche. En revanche, pour les kystes céphaliques, le traitement de référence est une résection du dôme saillant associée, en cas de fistule canalaire, à une anastomose kystodigestive. Cette dérivation de type anastomose kystogastrique ou kystoduodénale, ou kystojéjunale sur anse en Y doit être préférée au drainage externe ou à l’unique résection du dôme saillant avec ou sans épiploplastie du fait de la morbidité qui en résulte. Ce geste peut être difficile et dangereux si le parenchyme pancréatique est friable. Dans ce cas, une suture canalaire sur un drain tuteur pourrait être envisagée. Dans notre observation, nous avons réalisé une anastomose kystoduodénale pour un kyste céphalique comprimant le duodénum. La duodénopancréatectomie céphalique constitue un geste radical mais semble démesurée pour une pathologie bénigne. La compression de la voie biliaire principale régresse après traitement du kyste et ne nécessite aucun geste sur le cholédoque. Chez l’enfant, le traitement conservateur a été adopté dans les quelques cas rapportés. Le traitement médical adjuvant par l’albendazole est indiqué en cas de rupture peropératoire du kyste ou d’hydatidose multiple.

4. Conclusion

La localisation pancréatique primitive du kyste hydatique est exceptionnelle. Elle touche rarement l’enfant. L’origine hydatique doit être évoquée devant toute masse kystique de la région céphalique du pancréas survenant chez un enfant présentant un ictère cholestatique et provenant d’une zone d’endémie. Le traitement chirurgical doit être dans la mesure du possible conservateur en réalisant des dérivations kystodigestives afin de prévenir les fistules pancréatiques.


Archives de Pédiatrie
Volume 17, Issue 7, July 2010, Pages 1056-1058

________________________
Présentez vous dans la section des Présentations,
Lisez notre Règlement,
Respectez les Modérateurs,
Partagez vos documents (libres de droit) et vos articles.

Nos liens : Portail de l'information médicale - Page facebook


Revenir en haut
MSN
Publicité






MessagePosté le: Mer 1 Déc - 15:36 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
medcbi1
En progression
En progression

Hors ligne

Inscrit le: 16 Jan 2010
Messages: 8
Profession: étudiant
Grade:: Externe
Point(s): 12
Moyenne de points: 1,50

MessagePosté le: Dim 19 Déc - 19:57 (2010)    Sujet du message: Kyste hydatique du pancréas : une localisation exceptionnelle Répondre en citant

merci c'est trés interessant
________________________
Rome ne s'est pas faite en 1 jour


Revenir en haut
MSN
Dr ISMA
En progression
En progression

Hors ligne

Inscrit le: 19 Déc 2010
Messages: 27
Profession: medecin
Grade:: Interne
Point(s): 19
Moyenne de points: 0,70

MessagePosté le: Lun 20 Déc - 17:00 (2010)    Sujet du message: Kyste hydatique du pancréas : une localisation exceptionnelle Répondre en citant

merci Dr c'est important

Revenir en haut
doc.red
Modérateur Général
Modérateur Général

Hors ligne

Inscrit le: 04 Nov 2009
Messages: 945
Profession: medecin
Grade:: Résident
Lion (24juil-23aoû) 虎 Tigre
Point(s): 1 032
Moyenne de points: 1,09

MessagePosté le: Lun 20 Déc - 21:00 (2010)    Sujet du message: Kyste hydatique du pancréas : une localisation exceptionnelle Répondre en citant

merci  pour  le  partage  admin+++
________________________
c'est la volonté d'un homme qui fait son destin


Revenir en haut
Yahoo Messenger MSN Skype
carlson
En progression
En progression

Hors ligne

Inscrit le: 15 Avr 2010
Messages: 43
Profession: medecin
Grade:: Généraliste
Point(s): 61
Moyenne de points: 1,42

MessagePosté le: Mar 1 Fév - 02:35 (2011)    Sujet du message: Kyste hydatique du pancréas : une localisation exceptionnelle Répondre en citant

merci

Revenir en haut
maissa
Soldat
Soldat

Hors ligne

Inscrit le: 13 Fév 2010
Messages: 94
Profession: etudiante
Grade:: Interne
Poissons (20fev-20mar)
Point(s): 203
Moyenne de points: 2,16

MessagePosté le: Mar 1 Fév - 15:25 (2011)    Sujet du message: Kyste hydatique du pancréas : une localisation exceptionnelle Répondre en citant

merci 
________________________
Mon pied droit est jaloux de mon pied gauche. Quand l'un avance, l'autre veut le dépasser. Et moi, comme un imbécile, je marche ! [Raymond Devos]


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 09:37 (2016)    Sujet du message: Kyste hydatique du pancréas : une localisation exceptionnelle

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum Algérien de Médecine Index du Forum -> Forums Généraux -> Revue de Presse Médicale Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com