Forum Algérien de Médecine Index du Forum

Forum Algérien de Médecine
Cours, cas cliniques & mises à jour scientifiques

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 www.skymedz.xooit.com 
Bienvenue Invité, nous vous invitons à lire : Manuel d'utilisation - Sujets favoris
Santé Orthopédique  sante.orthodz.com 
actualités en cancérologie
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum Algérien de Médecine Index du Forum -> Forums Généraux -> Revue de Presse Médicale
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
imi
Sergent
Sergent

Hors ligne

Inscrit le: 01 Mai 2010
Messages: 464
Profession: étudiante
Grade:: Interne
Cancer (21juin-23juil)
Point(s): 622
Moyenne de points: 1,34

MessagePosté le: Sam 25 Déc - 09:17 (2010)    Sujet du message: actualités en cancérologie Répondre en citant

  Prévention du cancer par l'aspirine? 

  Il y a quelques semaines Peter Rothwell et une équipe internationale d’épidémiologistes avaient montré, grâce à une méta-analyse portant sur plus de 14 000 patients, que l’aspirine à faibles doses, prescrite dans un objectif de prévention cardiovasculaire, pouvait réduire de 24 % le risque de cancer colo-rectal (après 20 ans de suivi).
Ce neurologue britannique a poursuivi ses travaux sur les effets de l’aspirine sur certains cancers en entreprenant une nouvelle méta-analyse des données de 8 essais randomisés internationaux de prévention cardiovasculaire primaire ou secondaire ayant duré plus de 4 ans. Ces 8 études ont inclus 25 570 patients dont 12 659 ont pu être suivis 20 ans après le début des essais grâce à l’examen des registres de décès et de cancers.
  Pendant la durée des essais,ils ont remarqué une baisse de 31% de la mortalité par cancer pour les prescriptions longues(+ de 5ans sous aspirine).
  Si l’on se penche sur les différentes localisations tumorales, il apparaît que la baisse de mortalité est plus marquée pour les cancers gastro-intestinaux(la diminution du risque de décès est de 58 % à 20 ans pour les cancers de l’œsophage et de 40 % pour les cancers colorectaux tandis qu’elle n’atteint pas le seuil de significativité statistique pour les autres localisations.Les effets préventifs de l’aspirine paraissent ne s’exercer que sur les adénocarcinomes. Ainsi, pour les cancers du poumon, la baisse de la mortalité à 20 ans est significative pour les adénocarcinomes .
 
  Ce travail devrait tout d’abord stimuler les recherches sur le mode d’action de l’aspirine dans ce domaine. La piste d’un effet favorable de l’inhibition de la COX-2 sur la genèse ou la croissance des adénocarcinomes semble à explorer en priorité.
En pratique clinique, la question posée est celle de la prescription de faibles doses d’aspirine dans un but carcinologique.
Chez les sujets à haut risque vasculaire, cet effet favorable possible sera évidemment un argument supplémentaire en faveur de l’instauration d’une telle prophylaxie.
Chez les sujets n’ayant pas d’indications cardiovasculaires à la prise d’aspirine, il est beaucoup plus difficile de trancher en l’état.
 
   En théorie, la réduction attendue de la mortalité par cancer pour une prescription de plus de 7 ans et demi, qui est évaluée en valeur relative à 31 %, justifierait une très large prescription, en particulier au-delà de 50 ans. De plus, on peut augurer qu’une prolongation de la durée de la prophylaxie sur plusieurs décennies pourrait permettre d’atteindre d’encore meilleurs résultats. Enfin, le rapport coût efficacité d’une telle intervention devrait être nettement plus favorable que celui des programmes de dépistage de la plupart des cancers.
         Publié le 13/12/2010 (JIM.fr)
 
________________________
Il n'est jamais trop tard pour étre ce que tu aurais voulu étre.
Si tu n'as pas le courage de commencer,tu as déjà fini.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 25 Déc - 09:17 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
imi
Sergent
Sergent

Hors ligne

Inscrit le: 01 Mai 2010
Messages: 464
Profession: étudiante
Grade:: Interne
Cancer (21juin-23juil)
Point(s): 622
Moyenne de points: 1,34

MessagePosté le: Jeu 30 Déc - 21:21 (2010)    Sujet du message: actualités en cancérologie Répondre en citant

Un cancer où la cigarette ne serait pour rien 



La cigarette et plus généralement le tabac est mise en cause dans de nombreux cancers comme les cancers du poumon, de la vessie, du pancréas, du rein, de la cavité buccale, de l’œsophage, du larynx et du col utérin. Les études qui ont examiné l’impact de la cigarette dans le risque de développer un mélanome donnent des résultats contradictoires. Certaines de ces analyses montrent un risque accru de mélanome chez les fumeurs tandis que d’autres concluent à un risque plus faible de développer ce type de tumeur dans cette population, voire même plus réduit encore chez les patients qui fument que chez ceux qui ont fumé !
Pour tenter de résoudre cette controverse, une équipe de Baltimore a comparé 82 patients qui présentaient un mélanome et 164 sujets-contrôle, chaque malade étant apparié avec deux témoins en fonction du degré d’exposition aux UV et de la fréquence de survenue de coups de soleil.
Dans cette étude, comparé à l’absence de consommation de tabac, le fait d’avoir fumé par le passé ou de continuer à fumer a été inversement associé  au risque de mélanome; néanmoins, la relation n’est pas statistiquement significative probablement du fait de la petite taille des populations étudiées. Par ailleurs, le nombre de naevus des participants n’a pas été pris en compte.
Cette étude, comme d’autres, semble plaider pour un risque plus faible de développer un mélanome chez les fumeurs, une telle situation n’étant pas explicable sur le plan scientifique. Il n’en demeure pas moins que le rôle du tabac dans le mélanome n’est pas aussi net que pour d’autres cancers.


Dr Patrice Plantin 

________________________
Il n'est jamais trop tard pour étre ce que tu aurais voulu étre.
Si tu n'as pas le courage de commencer,tu as déjà fini.


Revenir en haut
imi
Sergent
Sergent

Hors ligne

Inscrit le: 01 Mai 2010
Messages: 464
Profession: étudiante
Grade:: Interne
Cancer (21juin-23juil)
Point(s): 622
Moyenne de points: 1,34

MessagePosté le: Sam 29 Jan - 13:21 (2011)    Sujet du message: actualités en cancérologie Répondre en citant

Des chiens au secours de la détection du cancer de la prostate

il ne s'agit pas de se servir de chiens pour faire du dépistage devant une rangée d'échantillons d'urine, mais de mettre au point, grâce à l'extrême sensibilité de leur odorat, un simple test urinaire pour déceler précocement les cancers les plus agressifs.à lire sur ce site:
 

________________________
Il n'est jamais trop tard pour étre ce que tu aurais voulu étre.
Si tu n'as pas le courage de commencer,tu as déjà fini.


Revenir en haut
doc.red
Modérateur Général
Modérateur Général

Hors ligne

Inscrit le: 04 Nov 2009
Messages: 945
Profession: medecin
Grade:: Résident
Lion (24juil-23aoû) 虎 Tigre
Point(s): 1 032
Moyenne de points: 1,09

MessagePosté le: Sam 29 Jan - 19:27 (2011)    Sujet du message: actualités en cancérologie Répondre en citant

Merci  pour  le  partage  imimi ++++++  bon  courage 
________________________
c'est la volonté d'un homme qui fait son destin


Revenir en haut
Yahoo Messenger MSN Skype
FADILA
Modérateur Général
Modérateur Général

Hors ligne

Inscrit le: 19 Déc 2008
Messages: 2 734
Profession: etudiante
Grade:: Généraliste
Point(s): 3 003
Moyenne de points: 1,10

MessagePosté le: Sam 29 Jan - 21:10 (2011)    Sujet du message: actualités en cancérologie Répondre en citant

Merci imi  Okay
________________________
" اللهم انى استودعك قلبى فلا تجعل فيه احد غيرك واستودعك لا اله الا الله فلقنى اياها عند موتى "


Revenir en haut
MSN
doc.red
Modérateur Général
Modérateur Général

Hors ligne

Inscrit le: 04 Nov 2009
Messages: 945
Profession: medecin
Grade:: Résident
Lion (24juil-23aoû) 虎 Tigre
Point(s): 1 032
Moyenne de points: 1,09

MessagePosté le: Lun 31 Jan - 20:49 (2011)    Sujet du message: actualités en cancérologie Répondre en citant

Facteurs de risque d'infections fongiques en oncologie pédiatrique:


L'incidence des infections fongiques invasives (IFI) augmente en oncologie pédiatrique en raison de l'agressivité accrue des chimiothérapies et antibiothérapies utilisées. Les facteurs de risque sont les neutropénies prolongées, les mucites, les antibiotiques à large spectre, les stéroïdes et les gestes invasifs. Les candidoses et aspergilloses sont les plus fréquentes, avec une mortalité respective de 10 % et 30-50 %. Le diagnostic précoce de ces infections est difficile en raison du manque de sensibilité ou de spécificité des différents examens, hémoculture, antigène galactomannan (AG), imagerie ; la détection de l'ADN fongique n'a pas encore été entièrement validée en pédiatrie. Les recommandations habituelles comportent la mise empirique des enfants, déjà sous antibiotiques appropriés, sous antifongiques au 5ème jour d'une neutropénie fébrile, compte tenu des délais et des incertitudes du diagnostic. Cette attitude est à l'origine d'effets indésirables.
Pour évaluer les facteurs de risque d'IFI, une équipe chilienne a conduit une étude prospective dans 6 centres spécialisés en 2004-2006 chez des patients de moins de 21 ans qui avaient une neutropénie fébrile sous chimiothérapie pour leucémie ou tumeur solide, considérée comme agressive sur l'importance de la dépression médullaire, lors de l'induction ou de la consolidation. Les patients ont été évalués à J1 et J4.
Sur 936 épisodes de neutropénie fébrile, 646 ont été considérés comme à haut risque et 604 ont été retenus pour l'analyse. Parmi ces 604 épisodes, 35 (5,8 %) IFI ont été diagnostiquées : 7 (1,2 %) prouvées, 10 (1,6 %) probables en fonction des résultats de l'évaluation clinique, la cytologie d'un site ou la détection de l'antigène, 18 (3 %) possibles sur des critères cliniques. L'âge médian était de 7 ans (0,5 à 13), 12 étaient des garçons, 80 % avaient des leucémies, 16/17 étaient fébriles, 14 neutropéniques et 16 avaient une CRP >= 90 mg/l. Des 7 infections prouvées, 4 étaient des candidoses et 3 des aspergilloses.
Au 4ème jour, 4 variables étaient significativement associées à l'IFI en comparaison des 569 cas sans IFI : la neutropénie <=500/mm3, la fièvre >= 38°5, la monocytopénie <=100/mm 3et la CRP >= 90 mg/l. La combinaison des 3 dernières variables augmentait le risque relatif de 5,4 fois (IC 3,2-9,2) avec une sensibilité de 75 %, une spécificité de 87 %, une valeur prédictive positive de 13 % et négative de 99 %.
Au total, la fièvre persistant au 4ème jour associée à une monocytopénie <=100 et une CRP >= 90 augmente significativement le risque d'IFI en oncologie pédiatrique.


Villaroel M et coll. : Risks factors associated with invasive fungal disease in children with cancer and febrile neutropenia. A prospective multicenter évaluation. Ped Infect Dis J., 2010; 29: 816-21. 
31/01/11


________________________
c'est la volonté d'un homme qui fait son destin


Revenir en haut
Yahoo Messenger MSN Skype
imi
Sergent
Sergent

Hors ligne

Inscrit le: 01 Mai 2010
Messages: 464
Profession: étudiante
Grade:: Interne
Cancer (21juin-23juil)
Point(s): 622
Moyenne de points: 1,34

MessagePosté le: Ven 4 Fév - 20:57 (2011)    Sujet du message: actualités en cancérologie Répondre en citant

                                                   La cancérologie en Algérie
 

   Près de 40.000 cas de cancer sont enregistrés chaque année en Algérie, a-t-on appris jeudi auprès de 'Institut national de santé publique (INSP). Dans une déclaration à l'APS, à l'occasion de la journée mondiale de lutte contre le cancer, célébrée le 4 février, le Pr Doudja Hamouda, chercheur en oncologie a souligné que 20800 nouveaux cas de cancer ont été enregistrés en 2009 chez les femmes, contre 18600 cas chez les hommes. A cette occasion, la spécialiste a relevé une forte prévalence de la maladie, durant les dernières années, passant de 80 cas pour chaque 100.000 habitants en 1993 à 120 cas en 2007, avec un taux d'atteinte "plus important" chez les femmes.

Concernant les types de cancer les plus répandus chez les hommes elle a cité celui des poumons, de la vessie, de l'appareil digestif, du colon, du rectum et de la prostate, soit 52,5 % du taux global de prévalence de cette maladie chez les hommes. Les femmes sont plus sujettes aux cancers du sein, des ovaires et du col de l'utérus, outre le cancer du colon et du rectum avec un taux d'atteinte global de 68 %, a-t-elle ajouté.

La spécialiste a, d'autre part, indiqué que les cancers, du sein, du colon, des poumons, du col de l'utérus et de la prostate, demeurent les plus répandus en Algérie, avec un taux de prévalence de 50 %, pour une moyenne d'âge de 59 ans chez l'homme et 51 ans chez la femme. Elle a également insisté sur le dépistage précoce qui permet, a-t-elle dit, de prévenir tous ces types de cancer et de réduire les mortalités qui en résultent.
La spécialiste a, par ailleurs, expliqué le taux important de prévalence de cette pathologie, durant les dernières années, par le changement du mode de vie social, la vieillesse de la population et l'inadéquation du système sanitaire avec ces nouveaux changements.
S'exprimant sur certains déficits qui marquent le système sanitaire dans ce domaine, elle a indiqué que des études ont démontré que 35 % des protocoles, en vigueur ne sont pas respectés par les médecins, en raison de la surcharge que subissent les hôpitaux spécialisés. Elle a, par ailleurs, plaidé pour le dépistage précoce en vue de réduire les risques d'atteinte de cette pathologie, donner aux malades la chance de traitement, accompagner ceux qui ont atteint un stade avancé de la maladie et réduire les frais de traitement, soulignant la nécessité de rapprocher les structures sanitaires du citoyen et d'améliorer la qualité de traitement.



  Autres info:
**Le 1er colloque d'oncologie médicale d'Annaba se tiendra les 8 et 9 avril 2011 à Annaba, Algérie.
**
Les VII èmes Journées Internationales de Cancérologie de Constantine (JICC 2011) se tiendront du 14 au 16 octobre 2011 à Constantine, Algérie.
________________________
Il n'est jamais trop tard pour étre ce que tu aurais voulu étre.
Si tu n'as pas le courage de commencer,tu as déjà fini.


Revenir en haut
imi
Sergent
Sergent

Hors ligne

Inscrit le: 01 Mai 2010
Messages: 464
Profession: étudiante
Grade:: Interne
Cancer (21juin-23juil)
Point(s): 622
Moyenne de points: 1,34

MessagePosté le: Ven 4 Fév - 20:59 (2011)    Sujet du message: actualités en cancérologie Répondre en citant

Je tiens à remercier tout mes confréres et mes consoeur d'avoir renforcer ce topic.
________________________
Il n'est jamais trop tard pour étre ce que tu aurais voulu étre.
Si tu n'as pas le courage de commencer,tu as déjà fini.


Revenir en haut
imi
Sergent
Sergent

Hors ligne

Inscrit le: 01 Mai 2010
Messages: 464
Profession: étudiante
Grade:: Interne
Cancer (21juin-23juil)
Point(s): 622
Moyenne de points: 1,34

MessagePosté le: Ven 11 Mar - 18:06 (2011)    Sujet du message: actualités en cancérologie Répondre en citant

A quels cancers vous expose votre alimentation ? Le lait,la viande rouge,le sel,les sucres....peuvent ils provoquer un cancer? à lire:des cancers
 

________________________
Il n'est jamais trop tard pour étre ce que tu aurais voulu étre.
Si tu n'as pas le courage de commencer,tu as déjà fini.


Revenir en haut
imi
Sergent
Sergent

Hors ligne

Inscrit le: 01 Mai 2010
Messages: 464
Profession: étudiante
Grade:: Interne
Cancer (21juin-23juil)
Point(s): 622
Moyenne de points: 1,34

MessagePosté le: Sam 12 Mar - 11:50 (2011)    Sujet du message: actualités en cancérologie Répondre en citant

   
Traitements trop chers
 

   Faut-il continuer à prescrire des médicaments très coûteux contre le cancer, qui ne rallongent l'espérance de vie des malades que de quelques mois ? C'est la question que se sont posée des scientifiques de l'Académie nationale de médecine, comme le rapporte Le Figaro.
Le groupe de travail, baptisé "Informations sur la prescription des molécules onéreuses en cancérologie", vient de remettre les conclusions de son rapport. Les experts expliquent que les "thérapies ciblées", des traitements anticancer très récents, coûtent cher pour un bénéfice assez réduit quant à l'espérance de vie supplémentaire du patient qu'ils entraînent.
"Dix-huit semaines de traitement avec une molécule ciblée, comme le cetuximab, coûtent en moyenne 80.000 dollars et améliorent la survie médiane de 1,2 mois", pointe le rapport.
"La prescription des molécules onéreuses implique un effort très important de la collectivité en faveur d'un malade. Cet effort, dont le résultat inévitable est de réduire les moyens financiers disponibles pour d'autres usages, ne peut se justifier sur le plan éthique que s'il est assorti d'une efficacité notable", concluent les auteurs.
________________________
Il n'est jamais trop tard pour étre ce que tu aurais voulu étre.
Si tu n'as pas le courage de commencer,tu as déjà fini.


Revenir en haut
doc.red
Modérateur Général
Modérateur Général

Hors ligne

Inscrit le: 04 Nov 2009
Messages: 945
Profession: medecin
Grade:: Résident
Lion (24juil-23aoû) 虎 Tigre
Point(s): 1 032
Moyenne de points: 1,09

MessagePosté le: Sam 12 Mar - 20:41 (2011)    Sujet du message: actualités en cancérologie Répondre en citant

Facteurs de risque du cancer du sein : toujours le même tabac

Des adduits spécifiques d'ADN et des mutations dans le gène p53 suppresseur de tumeurs ont été détectés dans le tissu  mammaire des fumeuses. Cela vient conforter l'hypothèse d'un lien possible entre tabagisme et cancer du sein, hypothèse  qui fait encore l'objet de nombreux travaux.

Une équipe Etats-unienne a repris les données de l'étude WHI ( Women's Health Initiative), connue notamment pour ses  résultats concernant le lien entre le cancer du sein et le traitement hormonal substitutif. WHI avait recruté à travers  les Etats-Unis près de 100 000 femmes de 50 à 79 ans. C'est sur une cohorte de 79 990 de ces femmes (les autres étant  exclues pour des antécédents de cancer, ou des données manquantes), que se base cette étude dont le but était donc de  rechercher une association entre le tabagisme, actif ou passif, et le cancer du sein invasif. L'originalité du travail  est qu'il prend en compte le facteur durée d'exposition au tabac.

Dans la cohorte étudiée, 3 520 patientes ont déclaré un cancer du sein invasif au cours des 10 ans de suivi. Par rapport  aux femmes qui n'ont jamais fumé, le risque de cancer est augmenté de 9 % pour les anciennes fumeuses (IC 95 % : 1,02 à 1,17) et de 16 % pour celles qui fumaient encore pendant le suivi (1,00 à 1,34). Le risque est plus élevé pour les femmes qui ont fumé longtemps, celles qui ont fumé pendant 50 ans et plus ayant le risque le plus élevé (HR 1,35, IC 95 % : 1,03 à 1,77).  L'âge de début du tabagisme paraît être un facteur important, avec un risque supérieur pour celles qui ont commencé à fumer avant l'âge de 15 ans ou avant la fin de leur première grossesse. Ce n'est que 20 ans après l'arrêt de l'intoxication que  le risque redevient identique à celui des femmes qui n'ont jamais fumé.

Le tabagisme passif paraît lui aussi impliqué dans une augmentation du risque de cancer du sein, et les auteurs évaluent  ce lien en fonction de l'intensité de l'exposition. Pour celles qui n'ont jamais fumé, une augmentation du risque de 32 %  apparaît pour les catégories les plus exposées, comprenant celles qui ont été exposées longtemps, plus de 10 ans dans  l'enfance, plus de 20 ans à la maison et plus de 10 ans au travail (1,32, 1,04 à 1,67). Les auteurs précisent toutefois  qu'ils ne disposent d'aucun argument en faveur d'une augmentation du risque pour les faibles expositions, ni d'un effet-dose  en cas d'exposition cumulée, et ils estiment que cette association entre le tabagisme passif et le cancer du sein doit être  considérée avec précaution.

Les modèles animaux ont montré que le tissu mammaire peut être particulièrement sensible aux facteurs carcinogènes entre  le début de la puberté et la fin de la première grossesse et il est tentant de faire le lien avec l'augmentation du risque  chez les femmes qui ont commencé à fumer très jeunes, tout en notant que cela peut s'expliquer par une plus longue durée de l'intoxication. Dans le doute, il paraît toutefois justifié d'intensifier les campagnes de prévention auprès des  adolescentes

Luo J et coll. : Association of active and passive smoking with risk of breast cancer among postmenopausal women:  a prospective cohort study BMJ 2011
________________________
c'est la volonté d'un homme qui fait son destin


Revenir en haut
Yahoo Messenger MSN Skype
imi
Sergent
Sergent

Hors ligne

Inscrit le: 01 Mai 2010
Messages: 464
Profession: étudiante
Grade:: Interne
Cancer (21juin-23juil)
Point(s): 622
Moyenne de points: 1,34

MessagePosté le: Ven 22 Avr - 08:33 (2011)    Sujet du message: actualités en cancérologie Répondre en citant

Cancer info

  En France,ils ont lancé des guides pratiques pour plus d'information sur le cancer.Voir l'INCA
 
 
 
 

________________________
Il n'est jamais trop tard pour étre ce que tu aurais voulu étre.
Si tu n'as pas le courage de commencer,tu as déjà fini.


Revenir en haut
DR_RI.OPHTA
Modérateur Général
Modérateur Général

Hors ligne

Inscrit le: 26 Juin 2009
Messages: 410
Profession: étudiante
Grade:: Externe
Gémeaux (21mai-20juin) 馬 Cheval
Point(s): 543
Moyenne de points: 1,32

MessagePosté le: Sam 23 Avr - 13:46 (2011)    Sujet du message: actualités en cancérologie Répondre en citant

Okay ...merci mademoiselle "à jour"... pour tes efforts éminents.
________________________
Ceux qui savent ne parlent pas. Ceux qui parlent ne savent pas.
Le sage enseigne par ses actes, non par ses paroles.


Revenir en haut
MSN
imi
Sergent
Sergent

Hors ligne

Inscrit le: 01 Mai 2010
Messages: 464
Profession: étudiante
Grade:: Interne
Cancer (21juin-23juil)
Point(s): 622
Moyenne de points: 1,34

MessagePosté le: Mar 26 Avr - 20:31 (2011)    Sujet du message: actualités en cancérologie Répondre en citant

De rien Mlle "tendre",à votre service
________________________
Il n'est jamais trop tard pour étre ce que tu aurais voulu étre.
Si tu n'as pas le courage de commencer,tu as déjà fini.


Revenir en haut
imi
Sergent
Sergent

Hors ligne

Inscrit le: 01 Mai 2010
Messages: 464
Profession: étudiante
Grade:: Interne
Cancer (21juin-23juil)
Point(s): 622
Moyenne de points: 1,34

MessagePosté le: Ven 29 Juil - 16:41 (2011)    Sujet du message: actualités en cancérologie Répondre en citant

Téléphone mobile et tumeurs cérébrales
 


La localisation du téléphone d'un seul côté de la tête n'aurait pas d'influence sur le risque de tumeur. 







   Les enfants et les adolescents qui se servent régulièrement de téléphones portables ne semblent pas plus risquer de tumeur cérébrale que ceux qui n'en utilisent pas. C'est en tout cas ce que conclut une étude publiée en ligne par le Journal of the National Cancer Institute (JNCI). Ce travail, le premier du genre qui compare de jeunes patients ayant une tumeur au cerveau avec d'autres (étude appelée cas-témoins), relance donc le débat sur la nocivité des téléphones mobiles chez les mineurs. Il a été mené entre 2004 et 2008 en Norvège, au Danemark, en Suède et en Suisse.
L'utilisation des téléphones portables est en perpétuelle augmentation chez les enfants et les adolescents. Comme leur tour de tête est plus petit que celui des adultes, les spécialistes redoutent que les ondes puissent pénétrer plus profondément dans certaines zones du cerveau. Et donc créer davantage de problèmes de santé. Néanmoins, cela n'a jamais été formellement démontré. C'est même le contraire, puisque la plupart des études ne parviennent pas à mettre en évidence de lien direct entre les deux.
Pour tenter d'en savoir plus, le Dr Martin Röösli, de l'Institut de santé publique et tropicale suisse, à Bâle, et ses collègues ont étudié les dossiers médicaux d'enfants âgés de 7 à 19 ans ayant souffert de tumeurs cérébrales. Des entretiens en face à face ont été conduits par les chercheurs auprès de 352 de ces jeunes malades - accompagnés par un de leurs parents - pour déterminer leur degré d'utilisation des téléphones portables et 646 sujets-contrôle, pris au hasard. Les auteurs de l'étude ont également sollicité les opérateurs de téléphonie pour obtenir des relevés de compte.

     Temps et importance d'utilisation
Résultat : les chercheurs n'ont pas trouvé d'association statistiquement significative entre les tumeurs cérébrales et l'usage du téléphone portable. Au total, 75,3 % des cas et 72,1 % des contrôles ont dit avoir téléphoné avec un mobile plus de 20 fois avant le diagnostic de cancer, et 55 % des cas contre 51 % des contrôles ont fait état d'un usage régulier de portable. Dans une sous-analyse portant sur les données enregistrées par les opérateurs, le risque de tumeur cérébrale était associé au temps écoulé depuis la souscription de l'abonnement, mais pas à l'importance de l'utilisation (le nombre d'appels et leur durée cumulée). La localisation du téléphone sur un seul côté de la tête ne semble pas, non plus, avoir d'influence significative, malgré le fait que les radiations se concentrent à l'endroit où l'objet est le plus souvent tenu.
"Les données actuelles ne vont pas dans le sens d'une relation causale entre l'utilisation des téléphones portables et les tumeurs cérébrales", commentent les auteurs. Leurs conclusions sont renforcées par le fait que nulle part dans le monde, il n'a été observé d'augmentation des cancers du cerveau, alors que l'utilisation des téléphones se généralise. Néanmoins, les chercheurs invitent les jeunes et leurs parents à la prudence, et insistent sur la nécessité de mener des études plus vastes, qui pourraient éventuellement montrer une augmentation minime des risques.



Le Point.fr - Publié le 28/07/2011 

________________________
Il n'est jamais trop tard pour étre ce que tu aurais voulu étre.
Si tu n'as pas le courage de commencer,tu as déjà fini.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 10:50 (2018)    Sujet du message: actualités en cancérologie

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum Algérien de Médecine Index du Forum -> Forums Généraux -> Revue de Presse Médicale Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5  >
Page 4 sur 5

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com