Forum Algérien de Médecine Index du Forum

Forum Algérien de Médecine
Cours, cas cliniques & mises à jour scientifiques

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 www.skymedz.xooit.com 
Bienvenue Invité, nous vous invitons à lire : Manuel d'utilisation - Sujets favoris
Santé Orthopédique  sante.orthodz.com 
actualités en cancérologie
Aller à la page: 1, 2, 3, 4, 5  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum Algérien de Médecine Index du Forum -> Forums Généraux -> Revue de Presse Médicale
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
imi
Sergent
Sergent

Hors ligne

Inscrit le: 01 Mai 2010
Messages: 464
Profession: étudiante
Grade:: Interne
Cancer (21juin-23juil)
Point(s): 622
Moyenne de points: 1,34

MessagePosté le: Sam 11 Sep - 10:06 (2010)    Sujet du message: actualités en cancérologie Répondre en citant

 j'ouvre cette fenétre pour parler de tout ce qui concerne le cancer,surtout tout les actualités en matiére d'etiologies,facteurs déclenchants,diagnostic et traitement.
 Je vois que c'est mieux de collecter un grand nombre d'informations concernant ce domaine dans un seul blog.
________________________
Il n'est jamais trop tard pour étre ce que tu aurais voulu étre.
Si tu n'as pas le courage de commencer,tu as déjà fini.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 11 Sep - 10:06 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
imi
Sergent
Sergent

Hors ligne

Inscrit le: 01 Mai 2010
Messages: 464
Profession: étudiante
Grade:: Interne
Cancer (21juin-23juil)
Point(s): 622
Moyenne de points: 1,34

MessagePosté le: Sam 11 Sep - 10:12 (2010)    Sujet du message: actualités en cancérologie Répondre en citant

En cherchant sur l'internet,j'ai lu:"Le cancer du poumon mieux détecté"(magazine française):
Des chercheurs du centre de recherche Saint-Antoine, Inserm-UPMC "Laboratoire de signalisation cellulaire et carcinogénèse", viennent de découvrir un biomarqueur susceptible de déterminer plus facilement l'évolution d'un cancer du poumon. Cette découverte pourrait aboutir au développement "d'un kit de détection" et de "thérapies innovantes visant à diminuer l'agressivité tumorale", précise l'Inserm dans un communiqué publié ce mercredi 1er septembre.

Menée en collaboration avec le service de chirurgie thoracique de l'Hôtel-Dieu à Paris, cette étude a mis en évidence une protéine d'origine gastro-intestinale, la neurotensine, et son récepteur, "dont la présence favorise la progression de la tumeur et l'appiration de métastases".
L'étude a porté sur 136 patients atteints d'un adénocarcinome pulmonaire de stade 1. Ceux qui présentaient ce récepteur ont révélé "un moins bon pronostic en termes de survie à 5 ans".
Selon l'Inserm, le taux de survie d'une personne atteinte d'un cancer du poumon est de 15% après 5 ans.
Suite à ce résultat, une étude est actuellement menée par le même groupe de chercheurs, sur une série plus importante de patients, pour définir une routine "dans les laboratoires d'analyse biologique pour l'identification des patients à haut risque de récidive". Et de préciser que la procédure de détection de la neurotensine est "simple et peu coûteuse".
________________________
Il n'est jamais trop tard pour étre ce que tu aurais voulu étre.
Si tu n'as pas le courage de commencer,tu as déjà fini.


Revenir en haut
imi
Sergent
Sergent

Hors ligne

Inscrit le: 01 Mai 2010
Messages: 464
Profession: étudiante
Grade:: Interne
Cancer (21juin-23juil)
Point(s): 622
Moyenne de points: 1,34

MessagePosté le: Lun 13 Sep - 11:16 (2010)    Sujet du message: actualités en cancérologie Répondre en citant

Les signes qui doivent alerter:
*
Une petite boule sous la peau(récente, dure, non douloureuse, située par exemple dans le sein, sous les aisselles ou dans le cou ne doit pas être ignorée.)On s'inquiéte quand la boule persiste depuis plusieurs semaines et que sa taille ne diminue pas.
*des saignements anormaux:Du sang dans les selles(peut être le signe d’un cancer digestif, tel celui du côlon et du rectum), dans les urines(peut parfois être lié à un cancer des voies urinaires ou du rein) ou des saignements (francs) entre les règles et/ou après les rapports sexuels(peuvent être des symptômes d’un cancer du col de l’utérus ou de l’endomètre).
*Une grande fatigue, inhabituelle, non soulagée par le sommeil, qui persiste sans explication et souvent dès le matin au réveil.ça peut étre une leucémie ou un cancer d’un organe profond (estomac, colon, pancréas), mais ce n’est pas un symptôme fréquent.
* Des douleurs inexpliquées et durables, quelle qu’en soit la localisation (estomac, ventre, dos, tête…) ne doivent pas être ignorées.Au niveau de l’abdomen, elle peut être associée à cancer du foie. Dans le dos, elle peut être le signe d’une tumeur au niveau du rein ou des poumons.
*Quand une tumeur se développe, elle peut entraîner des troubles du transit.ces symptômes sont généralement associés au cancer du côlon ou du rectum.
*Des troubles urinaires(La personne doit pousser pour uriner, a l’impression d’avoir encore envie après la fin de la miction, se lève plusieurs fois la nuit pour faire pipi).ces troubles peuvent parfois être des signes du cancer de la prostate.Dans 70% des cas, il s’agit d’un adénome (hypertrophie) bénin.
*Un grain de beauté qui saigne, grossit, change de teinte ou devient irrégulier peut être le signe d’un cancer.il s'agit d'Un cancer de la peau.
*Une perte de poids récente et non expliquée.
*Une toux grasse ou sèche (mais le plus souvent sèche) qui persiste, associée ou non à des crachats de sang.(kc de poumon?)
* Des troubles de la voix sont généralement associés au cancer de la gorge(larynx,pharynx..)
*Les troubles de la déglutition sont généralement associés au cancer du pharynx et de l’oesophage.(Quand les symptômes persistent depuis environ trois semaines, sans amélioration)
________________________
Il n'est jamais trop tard pour étre ce que tu aurais voulu étre.
Si tu n'as pas le courage de commencer,tu as déjà fini.


Revenir en haut
imi
Sergent
Sergent

Hors ligne

Inscrit le: 01 Mai 2010
Messages: 464
Profession: étudiante
Grade:: Interne
Cancer (21juin-23juil)
Point(s): 622
Moyenne de points: 1,34

MessagePosté le: Ven 17 Sep - 18:47 (2010)    Sujet du message: actualités en cancérologie Répondre en citant

Cancer : la lumière artificielle en cause ?

La suppression de la mélatonine, plus connue sous le nom d'hormone du sommeil, provoquée par les lumières artificielles de la nuit contribuerait au développement de cancers. Selon une étude du Centre de recherche chronobiologique interdisciplinaire de l'Université d'Haifa, en Israël, un lien existerait réellement entre ces lumières et la survenue de cancers.

L'étude a été menée sur quatre groupes de souris auxquelles ont été injectées des cellules cancéreuses. Le premier groupe était exposé à une "longue journée" composée de 16 heures de jour et 8 de nuit. La lumière du jour était artificielle durant la journée. Le deuxième groupe observait le même rythme mais était traité avec de la mélatonine. Cette dernière est développée par la glande pinéale située dans le cerveau durant la nuit et contribue largement à l'activité cyclique de l'homme.

Le troisième groupe a été quant à lui exposé à des journées courtes, de 8 heures de jour et 16 de nuit. Et le quatrième avait le même rythme mais avec une exposition à la lumière toutes les demi-heures durant la nuit.

Les résultats ont montré que les deux groupes ayant présenté la plus faible évolution des cellules cancéreuses sont celui dont l'exposition au jour est le plus court avec des nuits longues, et celui dont les journées étaient longues mais avec un traitement à la mélatonine.

A contrario, le groupe avec des nuits entrecoupées de moments de lumière a vu ses cellules progresser de 1,84 centimètre cube en moyenne et ceux dont les journées étaient les plus longues de 5,92 centimètres cube en moyenne. Ces deux groupes sont ceux qui ont le moins développé de mélatonine.

Les chercheurs ont mis en évidence que l'exposition aux lumières artificielles augmentent les risques de cancer, à cause d'une baisse de la production de la mélatonine. Elles seraient la résultante d'une "pollution carcinogénique".
________________________
Il n'est jamais trop tard pour étre ce que tu aurais voulu étre.
Si tu n'as pas le courage de commencer,tu as déjà fini.


Revenir en haut
DR_RI.OPHTA
Modérateur Général
Modérateur Général

Hors ligne

Inscrit le: 26 Juin 2009
Messages: 410
Profession: étudiante
Grade:: Externe
Gémeaux (21mai-20juin) 馬 Cheval
Point(s): 543
Moyenne de points: 1,32

MessagePosté le: Ven 17 Sep - 23:06 (2010)    Sujet du message: actualités en cancérologie Répondre en citant

Okay ...c'est du 100% imi.
merci pour ton intérêt.....et pour tes efforts....
ta contribution est à saluer....
sauf qu'il est nécessaire de mentionner la source....

merci
________________________
Ceux qui savent ne parlent pas. Ceux qui parlent ne savent pas.
Le sage enseigne par ses actes, non par ses paroles.


Revenir en haut
MSN
imi
Sergent
Sergent

Hors ligne

Inscrit le: 01 Mai 2010
Messages: 464
Profession: étudiante
Grade:: Interne
Cancer (21juin-23juil)
Point(s): 622
Moyenne de points: 1,34

MessagePosté le: Sam 18 Sep - 11:18 (2010)    Sujet du message: actualités en cancérologie Répondre en citant

             Les cancers héréditaires:

*Cancer de la prostate:
un cancer familial dans environ 5% des cas. Il est donc conseillé aux personnes qui ont des antécédents de cancer de la prostate chez un père ou un frère, de faire des dépistages réguliers dès 40 ans.

*Cancer de l'ovaire et de sein,par contre, le cancer du col de l'utérus n'est pas un cancer "familial", il n'a pas de marqueur génétique connu.Le cancer du corps de l'utérus (de l'endomètre) peut être génétique.

*Cancer colorectal.


*Cancer de la thyroide:
la néoplasie endocrinienne multiple de type 2 est la forme héréditaire du cancer médullaire de la thyroïde.


*Cancer de la peau:
Les personnes ayant la peau et les yeux clairs sont plus à risque.

*cancer du pancréas:une maladie génétique rare, la pancréatite chronique héréditaire se transforme en cancer(5%)


              D'aprésVery Happyr Olivier Caron, onco-généticien.



________________________
Il n'est jamais trop tard pour étre ce que tu aurais voulu étre.
Si tu n'as pas le courage de commencer,tu as déjà fini.


Revenir en haut
imi
Sergent
Sergent

Hors ligne

Inscrit le: 01 Mai 2010
Messages: 464
Profession: étudiante
Grade:: Interne
Cancer (21juin-23juil)
Point(s): 622
Moyenne de points: 1,34

MessagePosté le: Lun 27 Sep - 15:55 (2010)    Sujet du message: actualités en cancérologie Répondre en citant

                      Conseils pour se mettre à l'abri du cancer du colon:

 *
Limiter la viande rouge: Une étude européenne a montré que la consommation de 100 g/j de viande rouge augmente le risque de cancer du côlon et du rectum de 25 %.il est conseillé de limiter la consommation de viande rouge à moins de 500 g par semaine.
 *Consommer les produits laitiers:Une étude anglaise a montré une diminution de 15 % du risque de cancer colorectal chez les personnes consommant plus de 25 cl de lait par jour.
 *Eviter de carboniser la viande et barbecue,ainsi de cuir à température trés élevée(ça transforme les acides gras insaturés en graisses saturées qui sont toxiques localement et favorisent le cancer du côlon.
 *éviter la surcharge pondérale et consommer peu de calories:Le risque de développer un cancer du côlon augmente de 15% chaque fois que l’IMC augmente de 5 points. Dans le cas du cancer du côlon-rectum, une augmentation significative du risque est également observée avec l’augmentation de l’adiposité abdominale d’après un rapport du World Cancer Research Fund de 2007.
 *Eviter de boire l'alcool et arréter de fumer.
 *Les fruits et les légumes sont bons pour la santé(ils apportent en abondance sels minéraux et vitamines,et sont également riches pour la plupart en fibres alimentaires. Ils stimulent le transit intestinal et contiennent pour certains d’entre eux des antioxydants qui préviennent le vieillissement et réduisent le risque de cancer)au moins 5 légumes et fruits variés.
 *Faire au moins 30 mn d'exercice physique/jr car elle diminue le risque de cancer du côlon de 18 à 29 % (selon le type d’activité).C’est ce que conclut un rapport du World Cancer Research Fund de 2007.
 *surveiller ses polypes car ils peuvent se transformer en cancer(faire des coloscopies)
 *le dépistage dés l'age de 50 ans est impératif,au moins chaque 2 ans.Il s'agit d'un test appelé Hémoccult, consiste à repérer dans les selles la présence de sang qui peut témoigner, entre autres, d’un polype ou d’un cancer du côlon.
   
     " Dr Michel Ducreux, professeur en cancérologie"
________________________
Il n'est jamais trop tard pour étre ce que tu aurais voulu étre.
Si tu n'as pas le courage de commencer,tu as déjà fini.


Revenir en haut
imi
Sergent
Sergent

Hors ligne

Inscrit le: 01 Mai 2010
Messages: 464
Profession: étudiante
Grade:: Interne
Cancer (21juin-23juil)
Point(s): 622
Moyenne de points: 1,34

MessagePosté le: Lun 27 Sep - 15:57 (2010)    Sujet du message: actualités en cancérologie Répondre en citant

                      Conseils pour se mettre à l'abri du cancer du colon:

 *
Limiter la viande rouge: Une étude européenne a montré que la consommation de 100 g/j de viande rouge augmente le risque de cancer du côlon et du rectum de 25 %.il est conseillé de limiter la consommation de viande rouge à moins de 500 g par semaine.
 *Consommer les produits laitiers:Une étude anglaise a montré une diminution de 15 % du risque de cancer colorectal chez les personnes consommant plus de 25 cl de lait par jour.
 *Eviter de carboniser la viande et barbecue,ainsi de cuir à température trés élevée(ça transforme les acides gras insaturés en graisses saturées qui sont toxiques localement et favorisent le cancer du côlon.
 *éviter la surcharge pondérale et consommer peu de calories:Le risque de développer un cancer du côlon augmente de 15% chaque fois que l’IMC augmente de 5 points. Dans le cas du cancer du côlon-rectum, une augmentation significative du risque est également observée avec l’augmentation de l’adiposité abdominale d’après un rapport du World Cancer Research Fund de 2007.
 *Eviter de boire l'alcool et arréter de fumer.
 *Les fruits et les légumes sont bons pour la santé(ils apportent en abondance sels minéraux et vitamines,et sont également riches pour la plupart en fibres alimentaires. Ils stimulent le transit intestinal et contiennent pour certains d’entre eux des antioxydants qui préviennent le vieillissement et réduisent le risque de cancer)au moins 5 légumes et fruits variés.
 *Faire au moins 30 mn d'exercice physique/jr car elle diminue le risque de cancer du côlon de 18 à 29 % (selon le type d’activité).C’est ce que conclut un rapport du World Cancer Research Fund de 2007.
 *surveiller ses polypes car ils peuvent se transformer en cancer(faire des coloscopies)
 *le dépistage dés l'age de 50 ans est impératif,au moins chaque 2 ans.Il s'agit d'un test appelé Hémoccult, consiste à repérer dans les selles la présence de sang qui peut témoigner, entre autres, d’un polype ou d’un cancer du côlon.
   
     " Dr Michel Ducreux, professeur en cancérologie"
________________________
Il n'est jamais trop tard pour étre ce que tu aurais voulu étre.
Si tu n'as pas le courage de commencer,tu as déjà fini.


Revenir en haut
imi
Sergent
Sergent

Hors ligne

Inscrit le: 01 Mai 2010
Messages: 464
Profession: étudiante
Grade:: Interne
Cancer (21juin-23juil)
Point(s): 622
Moyenne de points: 1,34

MessagePosté le: Lun 4 Oct - 21:35 (2010)    Sujet du message: actualités en cancérologie Répondre en citant

Récidive biologique de cancer de l’ovaire : traitement immédiat ou retardé ?





   Après l’obtention de la rémission complète d’un cancer, on propose généralement aux patients une surveillance rapprochée (s’appuyant sur l’imagerie et/ou la biologie selon les types de tumeurs) pour dépister le plus rapidement possible une récidive, si possible avant l’apparition de manifestations cliniques. Cette attitude repose sur l’idée intuitive selon laquelle, en cas de récidive locale ou métastatique, la précocité du traitement de seconde ligne est un facteur important du pronostic. 


   Dans le cas du cancer de l’ovaire après une première rémission complète obtenue grâce à une chimiothérapie de première ligne souvent associée à la chirurgie, la surveillance repose sur la clinique et sur le dosage d’un marqueur tumoral, le CA125. Or, les cliniciens en charge de ces patientes sont souvent confrontés à des élévations du CA125 sans aucun signe clinique et sans données d’imagerie en faveur d’une récidive. Dans ces cas ils doivent opter entre la mise en route immédiate d’un traitement de seconde ligne ou retarder celui-ci jusqu’à l’apparition de signes indiscutables de récidive.
En raison du doute sur la meilleure stratégie à adopter le British Medical Research Council (MRC) et l’European Organisation for Research and Treatment of Cancer (EORTC) ont conjointement entrepris en 1996 un vaste essai international randomisé.
529 récidives traitées immédiatement ou secondairement 
En résumé, 1 442 patientes en rémission complète après un traitement de première ligne pour un cancer de l’ovaire (CA125 normal) ont été admises dans l’essai. La thérapeutique initiale avait comporté une chimiothérapie à base de sels de platine associés dans 54 % des cas à un taxane. Une surveillance clinique, radiologique, échographique et par dosage du CA125 a été réalisée tous les 3 mois. Les résultats du dosage de CA125 n’étaient communiqués ni aux patientes, ni à leurs médecins. Dans le cas où une élévation à plus de 2 fois la valeur supérieure de la normale était constatée, une randomisation entre traitement immédiat et traitement retardé était entreprise. Les patientes assignées au traitement immédiat en étaient bien sûr informées et celui-ci était débuté le plus rapidement possible. Les autres malades étaient laissées dans l’ignorance de leurs résultats (ainsi que leur médecin) et une thérapeutique n’était mise en route que si des signes non biologiques de récidive apparaissaient lors de la surveillance.  Le traitement de seconde ligne (immédiat ou retardé) était laissé à la discrétion des cliniciens (généralement chimiothérapie par sels de platine seuls ou associés à un taxane avec dans 35 cas une seconde intervention chirurgicale). 529 ont récidivé, après un suivi médian de 56,9 mois aucune différence de survie n’a été constatée entre les deux groupes (186 décès dans le groupe traitement précoce contre 184 dans le groupe traitement retard).
En terme de qualité de vie, le traitement retardé est apparu supérieur au traitement immédiatans le groupe immédiat).



Devant l'interprétation délicate des résultats de cette étude, les débats sur l’attitude à adopter devant une récidive purement biologique d’un cancer de l’ovaire et sur l’utilité pratique du dosage de CA125 après une rémission complète ne sont pas encore définitivement tranchés.



Dr Nicolas Chabert
________________________
Il n'est jamais trop tard pour étre ce que tu aurais voulu étre.
Si tu n'as pas le courage de commencer,tu as déjà fini.


Revenir en haut
imi
Sergent
Sergent

Hors ligne

Inscrit le: 01 Mai 2010
Messages: 464
Profession: étudiante
Grade:: Interne
Cancer (21juin-23juil)
Point(s): 622
Moyenne de points: 1,34

MessagePosté le: Jeu 7 Oct - 13:40 (2010)    Sujet du message: actualités en cancérologie Répondre en citant

 

Cancer du cerveau : un vaccin efficace ?


   Un nouveau vaccin expérimental pourrait permettre d'allonger la durée de vie des patients atteints de glioblastomes, la forme la plus grave de tumeur du cerveau, selon une étude menée par des chercheurs américains et publiée dans le Journal of Clinical Oncology lundi 4 octobre. Selon l'étude clinique, la vie des patients atteints de cette tumeur mortelle pourrait être prolongée de plus de 70% grâce à l'injection du vaccin.
 
   Les chercheurs ont étudié les données de 35 patients atteints d'un glioblastome. La totalité des patients a subi une intervention chirurgicale visant à supprimer la tumeur, puis ont effectué des séances de radiothérapie et de chimiothérapie.
Seuls 18 patients ont été vaccinés. Les chercheurs ont injecté le vaccin un mois après la fin de la radiothérapie et ont continué les injections aussi longtemps qu'elles "semblaient" efficaces.
Résultat, les chercheurs ont découvert que le vaccin stimulait une réponse immunitaire chez près de la moitié des personnes ayant reçu le vaccin. En outre, le vaccin a permis de supprimer l'intégralité des cellules cancéreuses chez 17 des 18 patients vaccinés.
Ce vaccin expérimental a également permis d'allonger la durée de vie médiane des patients de 15 à 26 mois.
   "Même si l'étude est de petite taille, les résultats sont intrigants et méritent une étude plus approfondie. Cela semble être un début prometteur, mais la complexité biologique de ces tumeurs suggère que nous pourrions avoir besoin de nombreux agents pour attaquer d'autres marqueurs de la croissance tumorale", indiquent les principaux auteurs de l'étude.

       "publié le 5 octobre 2010"
________________________
Il n'est jamais trop tard pour étre ce que tu aurais voulu étre.
Si tu n'as pas le courage de commencer,tu as déjà fini.


Revenir en haut
imi
Sergent
Sergent

Hors ligne

Inscrit le: 01 Mai 2010
Messages: 464
Profession: étudiante
Grade:: Interne
Cancer (21juin-23juil)
Point(s): 622
Moyenne de points: 1,34

MessagePosté le: Dim 10 Oct - 11:48 (2010)    Sujet du message: actualités en cancérologie Répondre en citant

                              Le cancer du col de l'utérus:

 L
e cancer du col de l'utérus concerne l'ensemble de la population féminine, à partir de la puberté et jusqu'à la fin de la vie. Ce cancer touche en majorité des femmes entre 45 et 55 ans mais on peut voir des femmes beaucoup plus jeunes dès 20 ans. C'est un cancer qui, s'il est traité précocement, peut être guéri. En revanche, parmi les formes les plus avancées de ce cancer, près d'un tiers entraîneront le décès de la patiente à 5 ans.

**Les papillomavirus humains (HPV) en cause:
 
Les chercheurs ont montré que les HPV 16 et 18 étaient les plus souvent retrouvés dans les cancers du col de l'utérus, mais il existe d'autres HPV, plus rares, qui augmentent aussi le risque de cancer du col de l'utérus. Ces virus sont responsables de l'infection sexuellement transmissible la plus fréquente dans le monde. Une fois dans le corps de la femme, ils parviennent au niveau du col et infectent les cellules. Les HPV sont généralement éliminés du corps de la femme grâce à son système immunitaire. Dans 1 % des cas, les virus subsistent et infectent les cellules, ils créent une lésion sur le col. Cette lésion peut être la première étape du cancer du col de l'utérus. Selon les études, il se passe en moyenne 13 ans entre la première transformation cellulaire (intégration du virus dans une cellule) et le stade du cancer invasif.
Les chercheurs estiment qu'environ 80 % des femmes rencontrent ces virus au cours de leur vie sexuelle. En effet, l'efficacité protectrice des préservatifs est contestée car ils diminuent faiblement la transmission de ces virus très virulents et qui sont présents non seulement dans le sperme mais aussi sur les testicules et la région ano-génitale.

**Comment s'en protéger ?
  >un vaccin préventif:
Une des solutions pour se protéger des HPV a été largement médiatisée par les laboratoires pharmaceutiques concernés : le vaccin préventif. Mais il ne concerne qu'une partie des femmes. En effet, pour que le vaccin soit efficace, il faut se faire vacciner le plus tôt possible dans sa vie sexuelle et de préférence avant les premiers rapports c'est-à-dire avant d'être en contact avec les papillomavirus.
Le vaccin est recommandé pour les jeunes filles et femmes entre 14 et 23 ans, vierges ou dont la vie sexuelle a débuté il y a moins d'un an.
l en existe actuellement deux autorisés en France. Le Gardasil (laboratoires Sanofi Pasteur) et le Cervarix (laboratoires GSK). La différence entre ces deux vaccins est que le Gardasil est dit quadrivalent c'est-à-dire qu'il est efficace contre les HPV 6, 11, 16 et 18 alors que le Cervarix est divalent et efficace contre les HPV 16 et 18.
Frottis et vaccination sont complémentaires puisque le vaccin ne protège pas contre tous les HPV mais seulement contre les souches les plus virulentes. Un suivi par frottis demeure donc indispensable tout au long de la vie de la femme.
  >Les facteurs favorisants:Des études confirment qu'un nombre de partenaires sexuels élevé et le tabagisme sont des facteurs de risque important.Il est fréquent aussi chez les femmes qui ont eu des grossesses jeunes (avant 20 ans).
  >Dépistage:
Le frottis permet un dépistage précoce d'anomalies au niveau du col utérin que ce soit lié à des lésions précancéreuses ou à des infections génitales.Si le frottis est normal cela signifie que les cellules analysées avaient les caractéristiques de cellules normales du col de l'utérus. Si le frottis est positif ,cela signifie que les cellules analysées ne correspondaient pas totalement aux cellules dites normales et qu'il faut procéder à une vérification plus précise.Ils sont recommandés chez toutes les femmes dès le premier rapport sexuel.
 Le frottis peut parfois être un faux négatif, la régularité de l'examen est donc indispensable. De même, il existe des faux positifs (qui correspondent aux doutes liés à l'interprétation des cellules) qui peuvent inquiéter inutilement les femmes.

**Diagnostic:
Aucun symptome pour les lésions précancéreuses.Seuls des saignements après les rapports sexuels ou lors de la toilette pourraient être un signe du cancer du col de l'utérus et fasse l'objet d'un bilan gynécologique, mais en général cela signifie que le cancer est à un stade un peu plus avancé.
 L'examen gynécologique doit comprendre le frottis et le toucher vaginal.Le frottis est recommandé pour toutes les femmes à partir de 25 ans, une fois tous les 3 ans.2 types de lésions peuvent étre détectées:précancéreuse et infiltrante.Si frottis +,un examen du col est nécessaire, c'est la colposcopie avec coloration. Elle permet d'évaluer l'étendue de la lésion et d'effectuer des biopsie.
Lorsque des lésions précancéreuses sont détectées chez une femme, il est possible d'effectuer ce qu'on appelle une conisation afin d'éviter que ces lésions n'évoluent en cancer infiltrant.
S'il s'agit de lésions infiltrantes c'est-à-dire cancéreuses, une biopsie des ganglions, cette fois, peut être effectuée afin d'évaluer l'atteinte du cancer. Selon le stade du cancer, les traitements varient : opération chirurgicale, radiothérapie, chimiothérapie, etc.

**Traitement:
    
Un bilan d'extension est effectué pour préciser le stade du cancer. Une IRM pelvienne permet d'obtenir une vision de la tumeur du col permettant aux médecins de déterminer le traitement à prescrire. L'atteinte des ganglions qui bordent l'utérus est aussi déterminée, tout comme la présence ou non de métastases à distances (os, poumons etc.) par le biais d'un scanner.
Il existe schématiquement 3 stades dans le cancer du col de l'utérus : le stade très précoce, le stade précoce et le stade avancé. "La chirurgie n'est pas toujours utilisée en première intention.Plus la lésion est évoluée et avancée et moins on y a recours.
*Lorsque le cancer est au stade très précoce ,on peut avoir recours à la chirurgie en retirant le col de l'utérus, l'utérus et les ganglions. L'ovariectomie est facultative car les ovaires sont rarement touchés par ce cancer. Le choix de l'ovariectomie se fera généralement en fonction de l'âge de la patiente pour ne pas induire une ménopause précoce avec les conséquences hormonales qui s'en suivent.le traitement hormonal substitutif est autorisé après l'opération.un traitement complémentaire peut être administré à la patiente (radiothérapie associée parfois de chimiothérapie) pour s'assurer que l'ensemble des cellules cancéreuses a été détruit.
*Dans le cas des tumeurs précoces, la survie après opération chirurgicale (hystérectomie et chaîne ganglionnaire) est proche de 90 %-100 %. "Par contre, dans le cas des cancers avancés, tout dépend de la réponse au traitement.
*Un cancer au stade précoce: La chirurgie n'est souvent pas recommandée en première intention.Le premier traitement administré est une radiothérapie : la curiethérapie
*
Au stade avancé, le cancer est plus difficile à traiter et nécessite une radiothérapie externe.Cette radiothérapie irradie à la fois l'utérus et les ganglions.

**Et aprés:
Tout dépend de l'étendue du cancer. S'il s'agit d'une lésion précancéreuse et selon les cas, le col étant un peu raccourci par la conisation, un cerclage peut être nécessaire pendant la grossesse et l'accouchement est souvent prématuré.
 S'il s'agit d'une petite tumeur très limitée et que la femme est jeune, il est possible de ne retirer que la tumeur. Mais il faut savoir que les risques de rechute sont plus importants que lorsqu'on procède à une hystérectomie.
  Après le vaccin préventif, le vaccin thérapeutique est en train d'être développé

 


________________________
Il n'est jamais trop tard pour étre ce que tu aurais voulu étre.
Si tu n'as pas le courage de commencer,tu as déjà fini.


Revenir en haut
imi
Sergent
Sergent

Hors ligne

Inscrit le: 01 Mai 2010
Messages: 464
Profession: étudiante
Grade:: Interne
Cancer (21juin-23juil)
Point(s): 622
Moyenne de points: 1,34

MessagePosté le: Lun 11 Oct - 14:33 (2010)    Sujet du message: actualités en cancérologie Répondre en citant

Des livres de cancérologie sur ce site:
http://www.bioeco.eb2a.com/dz/showthread.php?p=862
________________________
Il n'est jamais trop tard pour étre ce que tu aurais voulu étre.
Si tu n'as pas le courage de commencer,tu as déjà fini.


Revenir en haut
imi
Sergent
Sergent

Hors ligne

Inscrit le: 01 Mai 2010
Messages: 464
Profession: étudiante
Grade:: Interne
Cancer (21juin-23juil)
Point(s): 622
Moyenne de points: 1,34

MessagePosté le: Mar 12 Oct - 10:29 (2010)    Sujet du message: actualités en cancérologie Répondre en citant

                                                Guérir un cancer par un virus?



D'après une étude publiée par l'Institut de veille sanitaire, 203 100 nouveaux cas de cancer ont été diagnostiqués cette année en France. De nombreux patients guérissent de leur maladie après un dépistage précoce et après avoir subi des traitements lourds aux effets secondaires souvent handicapants.
*Un autre moyen de combattre
Les scientifiques tentent de trouver un moyen de contrer la progression des cellules malignes responsables de ces cancers. Est si le virus pouvait être le remède ?
Une équipe de l'université de Yale (Etats-Unis) a utilisé un virus lié à la rage et l'a inoculé à des souris atteintes d'une tumeur cérébrale. Résultat : l'agent pathogène l'a éliminée tout en laissant les cellules nerveuses saines.
D'autres chercheurs de l'hôpital Cedar-Sinaï (Los Angeles) ont travaillé différemment en utilisant le virus comme agent porteur d'une protéine spécifique capable de tuer les cellules cancéreuses ciblées.
Des recherches très prometteuses même si beaucoup d'études restent encore à être menées.
________________________
Il n'est jamais trop tard pour étre ce que tu aurais voulu étre.
Si tu n'as pas le courage de commencer,tu as déjà fini.


Revenir en haut
imi
Sergent
Sergent

Hors ligne

Inscrit le: 01 Mai 2010
Messages: 464
Profession: étudiante
Grade:: Interne
Cancer (21juin-23juil)
Point(s): 622
Moyenne de points: 1,34

MessagePosté le: Mer 13 Oct - 15:23 (2010)    Sujet du message: actualités en cancérologie Répondre en citant

                     Cancer avancé de la prostate : un nouveau traitement efficace


Si détecté précocement, le cancer de la prostate se soigne bien. Dépisté à un stade avancé, les résultats sont plus aléatoires. Un nouveau traitement, présenté dans le cadre du Congrès européen d'oncologie qui se tenait récemment à Milan, semble susceptible de changer la donne.



Une vaste étude, coordonnée par l'Institut Gustave Roussy, basé à Villejuif, a montré que l'association de deux molécules, la prednisone et l'abiraterone, permettait de réduire le taux de mortalité de 36 % chez les patients dont le cancer continuait à progresser malgré la chimiothérapie. Les responsables de l'étude indiquent que ce traitement devrait donc devenir standard dans un futur proche. Toutefois, l'abiraterone, une nouvelle molécule d'hormonothérapie, doit d'abord obtenir son autorisation de mise sur le marché.



  Pour savoir plus:http://www.cnw.ca/fr/releases/archive/October2010/12/c9640.html
________________________
Il n'est jamais trop tard pour étre ce que tu aurais voulu étre.
Si tu n'as pas le courage de commencer,tu as déjà fini.


Revenir en haut
imi
Sergent
Sergent

Hors ligne

Inscrit le: 01 Mai 2010
Messages: 464
Profession: étudiante
Grade:: Interne
Cancer (21juin-23juil)
Point(s): 622
Moyenne de points: 1,34

MessagePosté le: Dim 17 Oct - 08:53 (2010)    Sujet du message: actualités en cancérologie Répondre en citant

Octobre,mois de lutte contre le cancer du sein
 

Les actions pour la campagne de sensibilisation, lancée à l’occasion du mois d’octobre, un mois de lutte contre le cancer, par les différentes associations de malades et de médecins pour le dépistage et le diagnostic précoce du cancer du sein se multiplient.

   Les ravages causés par cette maladie poussent ainsi les professionnels de la santé et les associations de malades à mieux sensibiliser et informer pour mieux l’appréhender. Une journée parlementaire est prévue pour  demain au niveau de l’Assemblée nationale afin de sensibiliser les élus sur la maladie. L’objectif aujourd’hui est de renverser la tendance. 9000 cas de cancer du sein dont l’âge moyen est de 45 ans ont été détectés au courant de l’année 2009. La prise en charge reste encore très insuffisante. 80% des patientes subissent la chirurgie et un cinquième développe des métastases.
   Le coût de la prise en charge revient selon les spécialistes à 300 000 DA, lorsque le cancer est au stade précoce et il est de 6 millions de dinars quand il est au stade final. En ce moment, la chaîne de traitement connaît une sérieuse perturbation en l’occurrence la chimiothérapie et la radiothérapie, d’où la nécessité d’un diagnostic précoce et une prise en charge précoce qui nécessitera peut-être juste une chirurgie, a tenu à souligner le Dr Moussei, oncologue au Centre Pierre et Marie Curie.  Elle estime qu’il est urgent d’insister sur le diagnostic précoce à travers un dépistage organisé ou simplement l’examen du sein qui fait partie de l’examen clinique par le médecin (gynécologue, cardiologue, pneumologue etc).
   «A ce moment là, la prise en charge sera précoce et nous avons une meilleure espérance de vie. Il faut savoir, nous a-t-elle expliqué, que lorsque la tumeur est au stade I (1 et 3 cm), l’espérance de vie de la patiente varie entre 85 et 86% alors qu’au stade IIII, la tumeur est au niveau de plusieurs localisation (métastases), l’espérance de vie est inférieure à 5%. Malheureusement, 75% des patientes arrivent au stade 3 et 4», signale-t-elle. «Outre le manque d’information,  les patientes n’arrivent pas facilement à réaliser tous les examens nécessaires (mammographie, échographie, biopsie, etc) un parcours toujours pas facile pour elle, et lorsque la prise en charge s’impose, il n’est pas toujours évident de faire les choses correctement.
   Le manque de spécialistes dans certaines régions du pays fait que la situation se complique pour elles», a-t-elle ajouté en insistant sur l’importance du dépistage à partir de 40 ans pour pouvoir prendre le maximum de malades le plus tôt possible. «Il faut que les femmes comprennent que les petites tumeurs diagnostiquées précocement peuvent être traitées par la chirurgie, plus au moins par la radiothérapie. Ce qui évitera les longues séances de chimiothérapie, et radiothérapie et  moins de frais. », a-t-elle indiqué en signalant que le dépistage doit être fait par des radiologues spécialisés.
   Le Dr Moussei appelle les femmes à consulter au moindre suspect d’une masse au niveau du sein. «On peut guérir d’un cancer du sein sachant que 99% des tumeurs sont bénignes», a-t-elle précisé.




  El watan    
________________________
Il n'est jamais trop tard pour étre ce que tu aurais voulu étre.
Si tu n'as pas le courage de commencer,tu as déjà fini.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 04:33 (2018)    Sujet du message: actualités en cancérologie

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum Algérien de Médecine Index du Forum -> Forums Généraux -> Revue de Presse Médicale Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2, 3, 4, 5  >
Page 1 sur 5

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com