Forum Algérien de Médecine Index du Forum

Forum Algérien de Médecine
Cours, cas cliniques & mises à jour scientifiques

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 www.skymedz.xooit.com 
Bienvenue Invité, nous vous invitons à lire : Manuel d'utilisation - Sujets favoris
Santé Orthopédique  sante.orthodz.com 
Protéger son coeur de génération en génération

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum Algérien de Médecine Index du Forum -> Forums Généraux -> Revue de Presse Médicale
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
tarekada
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 29 Avr - 14:36 (2010)    Sujet du message: Protéger son coeur de génération en génération Répondre en citant

On connaît aujourd’hui de nombreuses maladies à composante héréditaire. On sait moins que c’est également le cas des maladies cardiovasculaires où des antécédents familiaux peuvent aider à prédire le risque de chaque individu et ainsi de mieux le prévenir.


Un proche a-t-il été victime d’un accident cardiovasculaire ? Peut-on être malade de père en fils ?… La connaissance d’antécédents familiaux permet à chacun de mieux préserver la santé de son coeur.

La réalité des facteurs génétiques:
Comme pour cancers du sein, de l’ovaire, du côlon, les allergies, l’asthme, le diabète, l’ostéoporose…, plusieurs affections cardiovasculaires ont une composante héréditaire :

L’infarctus:
Le suivi de près de 8 000 employés de la ville de Paris de 43 à 52 ans pendant 23 ans a permis de montré que, après élimination des facteurs que l’on sait être classiquement associés au risque d’infarctus (tabagisme, hypertension, obésité, diabète, hypercholestérolémie), le risque de mort subite pour un individu donné est presque doublé (multiplié par 1,8) lorsqu’un de ses parents a eu lui-même une mort subite. Plus encore, l’âge de décès par mort subite chez un individu donné est corrélé à l’âge de décès du parent mort subitement.

Les arythmies cardiaques :
Les risques de fibrillation auriculaire ou les arythmies cardiaques graves sont multipliés par près de trois lorsqu’un des parents en souffre également;

Les maladies valvulaires cardiaques:
Certaines affections banales comme l’insuffisance mitrale par prolapsus ou encore le rétrécissement calcifié de la valve aortique peuvent également se présenter sous une forme familiale.

L’insuffisance cardiaque:
Cette affection très courante pourrait avoir une composante familiale. Le risque des enfants de patients est triplé.

L’athérosclérose:
C’est plus les facteurs de risque de l’athérosclérose qui sont là incriminés. Au sein d’une même famille, l’environnement partagé recèle des mêmes bourreaux du coeur : tabagisme passif ou actif, pollution, mauvaises habitudes alimentaires, stress…

Mais trop souvent encore, les maladies cardiovasculaires apparaissent comme une fatalité alors qu’il est réellement possible de réduire son propre risque.

Des proches encore trop peu concernés…
Selon une étude demandée par la Société française de cardiologie, 38 % des personnes de plus de 45 ans ont dans leur entourage proche une personne qui a des antécédents cardiovasculaires. Dans près d’un cas sur deux, le père est concerné.
Mais parmi-eux, seuls 41 % déclarent avoir modifié leurs habitudes de vie à la suite de l’accident de ce proche. Mais l’impact même de la maladie reste faible puisque seul 60 % des individus victimes d’une maladie cardiovasculaire affirment avoir changé leurs comportements.

Pourtant, au-delà de 45 ans, les personnes interrogées présentent au moins 2 facteurs de risques (en plus de l’âge). Enfin, certains comportements sont plus faciles à changer que d’autres : 76 % des personnes concernées par l’accident d’un proche déclarent surveiller leur alimentation, mais 45 % ne pratiquent pas d’activité physique régulière.

Les bonnes mesures de prévention:

Pourtant, connaître l’affection cardiovasculaire d’un parent est une occasion privilégiée pour tenter de réduire ses propres risques en mettant en oeuvre des mesures simples.

Arrêter de fumer;
D’après le sondage, 13 % des Français de plus de 45 ans sont fumeurs. Pour aider au sevrage tabagique, ne manquez pas notre dossier "J’arrête de fumer" ;

Contrôler son poids;
Mais au-delà du poids (47 % des personnes interrogées sont en surpoids), c’est la répartition de la graisse qui conditionne le risque. La graisse dans le ventre constitue un facteur de risque plus important ;

Lutter contre la sédentarité;
Pour réduire son risque cardiovasculaire, un minimum d’activité physique est facilement accessible. Il suffit d’effectuer dans une journée un total de plus de 30 minutes de marche d’un pas rapide : monter les escaliers à pied, limiter l’usage de sa voiture, faire du sport…

Manger équilibré;
Plus difficile à mettre en oeuvre, cette mesure privilégier une alimentation variée, comme le préconise le Programme National Nutrition Santé (PNNS) lancé par le Ministère de la santé dès 2001.

Plus de 8 infarctus sur 10 pourraient être évités ou voir leur gravité réduite par des modifications des habitudes de vie et par une surveillance médicale régulière.






Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 29 Avr - 14:36 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum Algérien de Médecine Index du Forum -> Forums Généraux -> Revue de Presse Médicale Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com