Forum Algérien de Médecine Index du Forum

Forum Algérien de Médecine
Cours, cas cliniques & mises à jour scientifiques

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 www.skymedz.xooit.com 
Bienvenue Invité, nous vous invitons à lire : Manuel d'utilisation - Sujets favoris
Santé Orthopédique  sante.orthodz.com 
Prise en charge multidisciplinairedes formes grave des préec

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum Algérien de Médecine Index du Forum -> La bibliothèque -> Médecine & Chirurgie -> Réanimation
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
abiro2004
En progression
En progression

Hors ligne

Inscrit le: 09 Fév 2010
Messages: 3
Profession: anesthesie -réanimat
Grade:: Résident
Balance (23sep-22oct)
Point(s): 6
Moyenne de points: 2,00

MessagePosté le: Mer 10 Fév - 16:49 (2010)    Sujet du message: Prise en charge multidisciplinairedes formes grave des préec Répondre en citant

je usis nouvelle et je vais essayer le maximum pour vous donner ce que je trouve de la et la comme cette conférence qui me parait interessante .merci et bon courage a tous:
1. Définitions (consensus professionnel)

(G1+) Il est recommandé d’utiliser les définitions suivantes :

HTA gravidique (HTG) : PAS >140 mm Hg et/ou PAD >90 mm Hg, survenant après 20 SA et
disparaissant avant la fin de la 6ème semaine du postpartum

Prééclampsie (PE) : association d’une HTG à une protéinurie (> 0,3 g/24h)

PE Sévère : PE avec au moins l’un des critères suivants :

• HTA sévère (PAS > 160 mm Hg et/ou PAD > 110 mm Hg)
• atteinte rénale avec : oligurie (< 500 ml/24h) ou créatinine > 135!mol/L, ou protéinurie >
5 g/j
• OAP ou barre épigastrique persistante ou HELLP syndrome
• éclampsie ou troubles neurologiques rebelles (troubles visuels, ROT polycinétiques,
céphalées),
• thrombopénie <100 G.L-1
• Hématome Rétro Placentaire (HRP) ou retentissement foetal.

PE précoce : survenant avant 32 SA

HELLP syndrome : association d’une hémolyse, une cytolyse hépatique et d’une thrombopénie.
Eclampsie (E) : survenue d’une crise convulsive tonico-clonique dans un contexte de pathologie
hypertensive de la grossesse

Patientes à risque élevé : Patientes ayant eu au moins un antécédent de PE sévère et précoce

2. Information et formation (consensus professionnel)

(G1+) Il est recommandé de sensibiliser les professionnels de proximité (médecins traitant, sagefemme)
aux signes devant faire évoquer une PE et de favoriser le repérage des situations à haut
risque de PE.

(G1+) Il est recommandé qu’une information soit systématiquement faite aux femmes enceintes
sur la nécessité de consulter sans délai dès l'apparition des signes d'alerte, même en l’absence
d’antécédents particuliers et permettant de connaître l’organisation des soins périnatals en réseau
avec les possibilités de transfert in utero.

(G1+) Il est recommandé que les équipes soignantes prenant en charge les femmes enceintes en
PE sachent parfaitement : 1/ rechercher systématiquement à chaque consultation une HTA, en
particulier systolique 2/ utiliser adéquatement le sulfate de magnésium 3/ organiser rapidement
la naissance devant l’aggravation rapide d’une PE ou à l’issue d’une éclampsie.

(G2+) Il est conseillé de réaliser de principe un examen anatomopathologique du placenta à
l’occasion de tout accouchement en cas de PE.

(G1+) Il est recommandé de réaliser un examen anatomopathologique du placenta et une
autopsie en cas de décès maternel et/ou foetal dans le cadre d’une complication de la PE.

3. Prédire ou prévenir la prééclampsie ?

(G1+) Aucun critère clinique ou biologique ne prédit la survenue d'une PE dans une population
de femmes enceintes tout venant et aucun examen ne peut être recommandé dans un but de
prédiction de la prééclampsie

(G2+) Cependant, la réalisation, dans un but prédictif de PE, du Doppler des artères utérines
n'est envisageable que chez les patientes à haut risque.

La prévention de la PE par l'aspirine à faible dose (75-160 mg/j) est recommandée chez les
patientes à haut risque et doit être instituée avant 20 SA (G1+).

L’utilisation des héparines de bas poids moléculaire n’est pas recommandée comme prévention
de la PE (G1-), elles peuvent être utilisées dans les situations à risque thrombotique (G2+).

La supplémentation en anti-oxydants, ainsi que l'utilisation de donneurs de NO, ne sont pas
recommandées (G1-).

L’administration de calcium (1,5g/jour) n’est recommandée qu'en cas de carence calcique
avérée (G2+).

4. Prise en charge de la prééclampsie

4.1. Organisation de la prise en charge en réseau (consensus professionnel)

(G2+) En cas de grossesse avec antécédents de PE, si le déroulement actuel est normal, il est
possible que le suivi soit effectué par les professionnels de proximité sous couvert d’une
consultation préalable du Gynécologue Obstétricien (GO), idéalement pré conceptionnelle,
donnant lieu à des recommandations écrites pour le suivi de la femme.

(G1+) En cas de forme non sévère de PE, il est recommandé que le bilan soit effectué par le GO
en hospitalisation et qu’un suivi intensifié soit organisé (convention ou protocole écrit).

(G1+) En cas de forme sévère, l’hospitalisation s’impose immédiatement

(G1+) Il est recommandé de choisir le lieu de naissance en fonction de l’âge gestationnel, des
critères de gravité maternel et/ou foetaux, et la nécessité éventuelle du recours à un service de
réanimation pour la mère.

(G1+) Il est recommandé que les protocoles soient élaborés en commun dans un réseau de santé
périnatale doté de moyens pour évaluer la qualité de la prise en charge pluridisciplinaire et le
suivi de ces protocoles.

4.2. Prise en charge pré et inter-hospitalière

(G1+) Avant un transfert in utero, il est recommandé d’organiser une information des parents,
idéalement conjointe obstétricale et pédiatrique, sur les enjeux maternels et foetaux.

(G1+) Il est recommandé que les médecins seniors des structures impliquées dans le transfert
(obstétricien, pédiatre, anesthésiste-réanimateur, urgentiste) se concertent et que les moyens
adaptés soient mobilisés sans délai, selon les protocoles en vigueur au sein du réseau de
périnatalité.

(G1+) Il est recommandé de poursuivre le traitement de l’hypertension artérielle sévère pour la
contrôler pendant le transport selon les principes définis dans la figure 1

(G2+) Il est possible de poursuivre la prévention primaire de l’éclampsie par le sulfate de
magnésium (MgSO4) pendant le transfert.

(G2+) Il est possible d’utiliser les benzodiazépines injectables en préhospitalier dans le
traitement de l'éclampsie

(G1+) Il est recommandé, pendant le transport , d’effectuer une surveillance clinique de la
conscience, et d’installer un monitorage de la fréquence cardiaque (électrocardioscope), de la
fréquence respiratoire, de la saturation pulsée en oxygène, de la mesure discontinue de la
pression artérielle et, chez la patiente intubée, de la capnométrie en continu

(G2+) En cas d’anomalies du rythme cardiaque foetal, la naissance dans l’établissement initial
d’accueil, quel qu’en soit le type, doit être envisagée

4.3. Prise en charge hospitalière des PE (consensus professionnel)

(G1+) L’enregistrement du rythme cardiaque foetal (RCF), la biométrie foetale obtenue par
échographie et les examens Doppler foetaux sont recommandés pour l’évaluation foetale.

(G1+) Il est recommandé de débuter la corticothérapie, à un terme adapté, (deux fois 12 mg de
bétaméthasone à 24 heures d’intervalle) pour maturation foetale le plus précocement possible
après le diagnostic, notamment avant un transfert.

(G1+) Au cours de la PE sévère, il est recommandé de traiter l’HTA selon l’algorithme présenté
figure 1.

(G1+) Lorsque la pression artérielle diastolique est > 110 mmHg, ou la pression artérielle
systolique > 160 mmHg, il est recommandé de débuter un traitement antihypertenseur.

(G1-) L'expansion volumique systématique n’est pas recommandée car il n’a pas été démontré
une amélioration du pronostic maternel ou néonatal et elle peut induire un oedème aigu du
poumon (OAP).

(G2+)L’expansion volémique prudente est possible en cas de chute brutale et significative de la
pression artérielle lors de l’introduction des médicaments vasodilatateurs.

(G1+)Lorsqu’une exploration de la situation hémodynamique doit être effectuée chez la femme
prééclamptique, l’échographie doit être privilégiée, le monitorage invasif de la pression artérielle
pulmonaire n'est justifié qu’exceptionnellement.

(G1+)En cas de PE sévère, la prévention de la crise d’E par du MgSO4 est recommandée devant
l’apparition de signes neurologiques (céphalées rebelles, ROT polycinétiques, troubles visuels)
et en l’absence de contre-indication (insuffisance rénale, maladies neuromusculaires).

(G2+) Le schéma thérapeutique initial comporte un bolus (4 g) de MgSO4 puis une perfusion IV
continue de 1 g/h

(G1+) La surveillance du traitement par MgSO4 doit reposer sur une évaluation répétée de la
conscience (Glasgow = 15), de la présence des ROT, de la fréquence respiratoire (> 12 c/mn ) et
de la diurèse (>30 mL/h).

(G1+) En cas de manifestations cliniques de surdosage, la perfusion doit être arrêtée, l’injection
de gluconate de calcium envisagée et la magnésemie mesurée.
(G1+) Une surveillance répétée de la numération plaquettaire est recommandée dans les formes
sévères de PE.

4.4. Critères d'arrêt de la grossesse (consensus professionnel)

(G2+) En cas de PE non sévère au-delà de 36 SA, il faut envisager d’interrompre la grossesse.
(G1+) Une PE sévère au delà de 34 SA est une indication à l’arrêt de la grossesse.
(G1+) En cas de PE sévère avant 24 SA, une IMG doit être clairement discutée avec les parents.
(G1+) Les indications d’arrêt de la grossesse dans les PE sévères entre 24 et 34 SA peuvent être
maternelle ou foetale :

Pour raison maternelle :

• Immédiates : HTA non contrôlée, éclampsie, OAP, HRP, Thrombopénie <50.000, Hématome sous
capsulaire hépatique
• Après corticothérapie pour maturation foetale (si les conditions maternelles et foetales permettent de
prolonger la grossesse de 48 heures) : insuffisance rénale d’aggravation rapide et/ou oligurie (< 100 mL /
4 heures) persistante malgré un remplissage vasculaire adapté, signes persistants d’imminence d’une
éclampsie (céphalées ou troubles visuels), douleur épigastrique persistante, HELLP syndrome
évolutif.

Pour raisons foetales :

 Décélérations répétées du RCF, Variabilité à court terme < 3 ms, contrôlée, RCIU
sévère au-delà de 32 SA,Diastole ombilicale artérielle inversée, au-delà de 32 SA
(G2+) Lorsque l’interruption de la grossesse est décidée sans qu’il y ait une nécessité absolue
d’arrêt immédiat, il est possible de déclencher l’accouchement après maturation cervicale

5. Gestion des complications de la prééclampsie

5.1. Eclampsie

(G1+) En cas de troubles visuels persistants, il est recommandé d’effectuer un fond d’oeil et une
IRM, ou à défaut une TDM.

(G1+) Le MgSO4 est recommandé car il est supérieur au diazépam, à la phénytoïne et à
l'association (phénergan, dolosal, largactyl) pour le traitement d’une crise en cours et pour la
prévention de sa récidive

(G2+) En cas de récidive critique, l’injection d’une dose additionnelle de 1,5 à 2 g IV est
possible

(G1+) Après la dernière crise, il est recommandé de maintenir une perfusion de MgSO4 pendant
une durée de 24 heures

5.2. Prééclampsie et atteinte rénale

(G1+) Il est recommandé de rechercher, dès le premier examen prénatal, des maladies rénales
par l’emploi des bandelettes urinaires. En cas de positivité des bandelettes, il faut évaluer la
protéinurie (seuil : 300 mg/j) et le sédiment urinaire (seuil : 10 hématies.mm-3).
(G1+) Il est recommandé d'évaluer la fonction rénale en cas de signes évocateurs de
néphropathie (antécédents, HTA précoce, syndrome urinaire…) en se souvenant que, dès le
milieu de grossesse, une créatinémie >90 !mol/L est pathologique et que la formule de
Cockcroft est inapplicable.

(G1+) Un avis spécialisé est recommandé devant la découverte de signes de néphropathie, quel
que soit le terme, afin d’instituer une prise en charge conjointe (obstétricien, néphrologue,
anesthésiste-réanimateur) de la grossesse, permettant, entre autres, d’informer la patiente sur les
risques personnels et foetaux, de discuter l’indication des diurétiques et d’envisager une
terminaison de la grossesse en cas d’aggravation rapide de l’insuffisance rénale, de PTT ou de
SHU.

5.3. Prééclampsie et atteinte hépatique

(G1-) L’administration de corticoïdes pour le traitement du HELLP syndrome n’est pas
recommandée car elle n’améliore pas le pronostic maternel et/ou néonatal.
(G1-) En cas de HELLP syndrome, le recours à la plasmaphérèses pour réduire la morbimortalité
maternelle, n’est pas recommandé.
5.4. Hématome rétroplacentaire (consensus professionnel)
(G1-) L’échographie n’est pas recommandée pour le dépistage de l'HRP chez les patientes à
risque.
(G1-) En cas d’antécédent d'HRP isolé, aucune thérapeutique préventive spécifique n’est
recommandée pour une grossesse ultérieure.

6. Anesthésie chez une femme en prééclampsie

(G1+) Une évaluation la plus précoce possible des patientes est recommandée en vue d’une
anesthésie
(G1+) Il est recommandé d’effectuer un bilan d’hémostase dans un délai le plus court possible
avant de faire une anesthésie périmédullaire.
(G2+) La prise d’aspirine, indiquée pour la prévention de la PE, ne constitue pas, en soi, une
contre-indication à la réalisation d’une anesthésie péri-médullaire si :

• la patiente ne prend pas d'autres médicaments altérant l’hémostase,
• le bilan d’hémostase (Quick, TCA, fibrinogène, numération plaquettaire) est compatible
avec la réalisation d’une ALR.
(G2+) La valeur seuil des plaquettes recommandée est de 75 G.L-1 pour réaliser une anesthésie
péridurale, et de 50 G.L-1 pour la rachianesthésie à condition que :
• la thrombopénie soit stable sur plusieurs numérations successives,
• l’acte anesthésique soit réalisé par un opérateur entraîné,
• la parturiente bénéficie d’une surveillance neurologique en postpartum.
• la patiente n’ait pas pris d’aspirine au cours des trois derniers jours

(G1+) Il est recommandé de mettre rapidement en place une analgésie périmédullaire parce
qu’elle est bénéfique pour l’évolution de la pression artérielle et pour l’hémodynamique utéroplacentaire,
et parce qu’elle facilite la prise en charge en cas de recours à une césarienne.
(G2+) Il est possible d’utiliser l’oxytocine (Syntocinon®) pendant et après le travail.
(G1-) La méthylergométrine (Méthergin®) est contre indiquée chez la femme prééclamptique.
(G1+) En cas de rachianesthésie, il est recommandé de limiter le remplissage vasculaire
préalable aux cristalloïdes et à un maximum 1000 ml et de réduire ou suspendre le traitement
antiHTA administré par voie IV jusqu’à l’installation complète du bloc.

(G1-) La dose test adrénalinée n'est pas recommandée chez la femme prééclamptique.
(G1+) En cas d’anesthésie générale, il est recommandé de faire une évaluation des critères
d’intubation difficile immédiatement avant l’induction, de pratiquer une induction en séquence
rapide avec intubation, de veiller à la prévention de la poussée hypertensive induite par
l’intubation trachéale et de prévoir systématiquement le risque d'extubation à problème

(G2+) Il est possible de pratiquer une ALR après une crise d’éclampsie si les conditions
suivantes sont réunies :
 1/la femme a repris conscience,
2/elle n’a pas de déficit neurologique,
3/son état clinique est stable.


(G1+) En cas de convulsions subintrantes et/ou de troubles de la conscience, l’anesthésie
générale est recommandée.

7. Après la prééclampsie

7.1. Pronostic des enfants nés de mère en prééclampsie (consensus
professionnel)

(G1+) Il est recommandé d’informer les pédiatres des thérapeutiques administrées aux mères.
(G1+) En cas de prématurité ou de RCIU, il est recommandé au pédiatre et à l’obstétricien
d’informer conjointement les parents des risques encourus.
(G2+) En cas de HELLP syndrome sévère et surtout en cas de SHAG, il est possible de discuter
un dépistage néonatal du déficit en LCHAD. A défaut, il est conseillé une surveillance attentive
du nourrisson et la réalisation d’un profil des acides gras à chaîne longue en cas d’altération
clinique.

7.2. Suivi du postpartum précoce (consensus professionnel)

G1+) Après l’accouchement, il est recommandé d’effectuer une surveillance stricte clinique et
biologique pendant au moins 48 heures, elle comporte :

• une surveillance rapprochée de la pression artérielle avec adaptation thérapeutique en
fonction des chiffres tensionnels. (cf. figure 1)
• l’évaluation quotidienne des apports hydriques, du poids et de la diurèse.
(G1+) Pour les femmes présentant une défaillance organique, une hospitalisation en secteur de
réanimation est recommandée.
(G1+) Une surveillance tensionnelle bi-hebdomadaire et une consultation chez un médecin sont
recommandées dans les 2 à 3 premières semaines du post-partum.
(G1+) Lors de la consultation postnatale réglementaire, il est recommandé de vérifier la
normalisation tensionnelle et la disparition de la protéinurie.
(G2+) En l’absence de facteurs de risque et d'anomalies biologiques, il est possible de prescrire
une contraception oestro-progestative lors de la consultation post natale.

7.3. Suivi à long terme

(G1+) Si l’HTA et/ou la protéinurie persistent 3 mois après l’accouchement, il est recommandé
de prendre un avis médical spécialisé.
(G1-) Il ne faut pas pratiquer un examen histologique rénal en postpartum, sauf dans un des cas
suivants :
• insuffisance rénale persistante,
• signes d’affection systémique,
• protéinurie persistant plus de 6 mois après l’accouchement.
(G1+) Il est recommandé de rechercher des anticorps antiphospholipides après une PE sévère et
précoce.
(G1-) Il n’est pas recommandé de pratiquer un bilan de thrombophilie héréditaire, sauf dans l'un
des cas suivants :

• antécédents personnels ou familiaux de maladie veineuse thromboembolique,
• PE précoce,
• association à un RCIU sévère, à un HRP ou à une mort foetale in utero.
(G1+) Un suivi spécialisé précoce (avant 14 SA) est recommandé pour les grossesses ultérieures,
chez toute femme aux antécédents de PE précoce.
(G1+) Il est recommandé de surveiller l’ensemble des facteurs de risque cardio vasculaires,
rénaux et métaboliques au long cours après une PE sévère.
Au total, il apparaît qu’au cours de ces huit dernières années, si la compréhension de la
physiopathologie de la prééclampsie a beaucoup progressé, peu de modifications de prise en
charge ont fait la preuve de leur efficacité. Les avancées principales nous semblent concerner
principalement l’organisation des soins en réseau et l’importance capitale d’une information de
la mère et de son conjoint tout au long de la maladie. Cette information se conçoit au mieux de
manière prospective et collégiale permettant aux futurs parents de participer le plus possible aux
décisions thérapeutiques................


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 10 Fév - 16:49 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Dr FOUZ
Modérateur Général
Modérateur Général

Hors ligne

Inscrit le: 24 Déc 2008
Messages: 1 615
Profession: étudiante
Grade:: Résident
Taureau (20avr-20mai) 虎 Tigre
Point(s): 1 498
Moyenne de points: 0,93

MessagePosté le: Sam 13 Fév - 13:22 (2010)    Sujet du message: Prise en charge multidisciplinairedes formes grave des préec Répondre en citant

Merci beaucoup abiro2004 c'est très interessant il faut juste un peu de couleurs ça sera plus attractif (dommage j'ai perdu mes fonctions de modo j'aurais pu l'arranger Mr. Green
Je voudrais vous poser une question si vous le permettez bien sure:
Sur le plan pratique en cas d'HTA gravidique avec des chiffres de minima superieur à 110 mmHg on fait une perfusion de serum salé sous prétexte que dans la physiopathologie de l'HTA gravidique il y ' a une hypovolémie et dans ce que je viens de lire au dessus aucune éfficacité du remplissage n'a été démontré ?!! je suis dans un service de maternité depuis 2 mois et selon mon éxpérience c'est EFFICACE en rajoutant 4 amp de sulfate !!
Et pour le LOXEN qui est un inhibiteur calcique pouvez vous m'éxpliquer pourquoi on le choisis ou bien on le préfère à d'autres anti_hypertenseurs ?


Merci encore une fois  Smile  


Revenir en haut
doc rose
Modérateur Général
Modérateur Général

Hors ligne

Inscrit le: 11 Sep 2008
Messages: 4 448
Profession: Médecin
Grade:: Résident
Cancer (21juin-23juil) 猪 Cochon
Point(s): 4 009
Moyenne de points: 0,90

MessagePosté le: Lun 15 Fév - 21:15 (2010)    Sujet du message: Prise en charge multidisciplinairedes formes grave des préec Répondre en citant

merci abiro2004 Okay

loxen est un traitement à action rapide qu'on utilise si pic hypertensif  (1cc de loxen )
mais le traitement en dehors des pic c'est aldomet il est préférable ,sinon loxen 20 et non pas le 50 ,le Mg SO4 c'est un bon calmant,  il est utilisé  surtout pour éviter l'oedeme cérébral et les convulsions voila

pour en savoir plus :

http://www-ulpmed.u-strasbg.fr/medecine/cours_en_ligne/e_cours/obstetrique/…

 



________________________

Aie confiance en toi-même, et tu sauras vivre.


Revenir en haut
MSN
Dr FOUZ
Modérateur Général
Modérateur Général

Hors ligne

Inscrit le: 24 Déc 2008
Messages: 1 615
Profession: étudiante
Grade:: Résident
Taureau (20avr-20mai) 虎 Tigre
Point(s): 1 498
Moyenne de points: 0,93

MessagePosté le: Jeu 18 Fév - 17:51 (2010)    Sujet du message: Prise en charge multidisciplinairedes formes grave des préec Répondre en citant

Merci bcp doc rose pour le document  Okay

Revenir en haut
doc rose
Modérateur Général
Modérateur Général

Hors ligne

Inscrit le: 11 Sep 2008
Messages: 4 448
Profession: Médecin
Grade:: Résident
Cancer (21juin-23juil) 猪 Cochon
Point(s): 4 009
Moyenne de points: 0,90

MessagePosté le: Jeu 18 Fév - 18:52 (2010)    Sujet du message: Prise en charge multidisciplinairedes formes grave des préec Répondre en citant

de rien Fouz ,bonne lecture!
________________________

Aie confiance en toi-même, et tu sauras vivre.


Revenir en haut
MSN
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 12:31 (2016)    Sujet du message: Prise en charge multidisciplinairedes formes grave des préec

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum Algérien de Médecine Index du Forum -> La bibliothèque -> Médecine & Chirurgie -> Réanimation
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com