Forum Algérien de Médecine Index du Forum

Forum Algérien de Médecine
Cours, cas cliniques & mises à jour scientifiques

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 www.skymedz.xooit.com 
Bienvenue Invité, nous vous invitons à lire : Manuel d'utilisation - Sujets favoris
Santé Orthopédique  sante.orthodz.com 
douleurs abdominales recidivantes
Aller à la page: <  1, 2, 3
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum Algérien de Médecine Index du Forum -> Etudes Médicales -> Formation interactive -> Dossiers
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
nourelhouda
Général à la retraite
Général à la retraite

Hors ligne

Inscrit le: 30 Mai 2009
Messages: 578
Profession: medecin
Grade:: Généraliste
Point(s): 920
Moyenne de points: 1,59

MessagePosté le: Ven 8 Jan - 22:27 (2010)    Sujet du message: douleurs abdominales recidivantes Répondre en citant

je pense :A B C E .
________________________
N'acceptez jamais la défaite, vous êtes peut-être à un pas de la réussite.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 8 Jan - 22:27 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
celb
En progression
En progression

Hors ligne

Inscrit le: 26 Déc 2009
Messages: 6
Profession: medecin
Grade:: Interne
Cancer (21juin-23juil) 牛 Buffle
Point(s): 4
Moyenne de points: 0,67

MessagePosté le: Sam 9 Jan - 14:56 (2010)    Sujet du message: douleurs abdominales recidivantes Répondre en citant

ah cette question est difficile et je ne serai quoi choisir <.<,je dirai : A,D,E Rolling Eyes

Revenir en haut
hamzoun
Général à la retraite
Général à la retraite

Hors ligne

Inscrit le: 02 Oct 2008
Messages: 1 399
Profession: Médecin
Grade:: Résident
Point(s): 1 788
Moyenne de points: 1,28

MessagePosté le: Lun 11 Jan - 00:46 (2010)    Sujet du message: douleurs abdominales recidivantes Répondre en citant

Les bonnes réponses sont : A, C
Réponse commentée
Donner des explications et rassurer l'enfant et ses parents sont un préalable à la prise en charge d'un enfant souffrant de DAR fonctionnelles.
Aucune mesure diététique ou pharmacologique n'a fait la preuve d'une efficacité indiscutable dans cette pathologie. Les TCC peuvent être évoquées lors de la première consultation.
Dans la pratique, il faut commencer par mettre en place un agenda des symptômes et un suivi régulier afin de pouvoir personnaliser la prise en charge.
L'envoi à un psychologue d'enfants ou à un pédopsychiatre ne doit pas être systématique. 

 
Fiche de synthèse


Douleurs abdominales récidivantes de l'enfant
Les « maux de ventre » récidivants représentent 2 % à 4 % des motifs de consultation médicale des enfants. Dans plus de 90 % des cas, ils ne reconnaissent pas de cause organique ; ce sont, selon la terminologie actuelle, des douleurs abdominales récidivantes (DAR) fonctionnelles. 
Le cadre des DAR de l'enfant
Les premiers travaux donnant une vue d'ensemble des DAR de l'enfant remontent à un demi-siècle. C'est en 1958 que Apley et Naish ont défini les DAR des enfants capables de parler par la survenue d'au moins 3 épisodes douloureux sur une période plus longue que les trois mois écoulés, qui perturbent les activités habituelles, et notamment la scolarité. Ils ont aussi séparé les DAR organiques et les DAR fonctionnelles, de loin les plus fréquentes, et noté que plus les douleurs étaient distantes de l'ombilic, plus elles avaient de chances d'être organiques.
Les séries de cas publiées ultérieurement ont confirmé la fréquence des DAR entre 5 et 13 ans et la prépondérance des DAR fonctionnelles dans cette tranche d'âge.
Barr (1983) a proposé d'individualiser les DAR psychogènes.
La recherche clinique est à présent centrée sur les DAR fonctionnelles, ce qui tend à reporter les DAR organiques au diagnostic différentiel. La classification de Rome III (2006) distingue cinq tableaux cliniques de DAR fonctionnelles (tableau I), qui ont en commun : 
  • l'absence de signes d'un processus inflammatoire, anatomique, métabolique ou néoplasique,
  • des critères remplis au moins une fois/semaine durant les deux mois précédant le diagnostic (sauf pour la migraine abdominale).
Tableau I. Tableaux cliniques des DAR fonctionnelles, d'après Rome III (2006) 
Dyspepsie fonctionnelle : douleurs épigastriques, en rapport avec les repas, avec parfois nausées, ballonnement, etc.,
Syndrome de l'intestin irritable : douleurs associées à des troubles du transit intestinal (constipation, diarrhée, impression d'exonération incomplète),
Douleur abdominale fonctionnelle : douleurs isolées, sans les caractéristiques des deux syndromes précédents,
Syndrome douloureux abdominal fonctionnel : par rapport au tableau précédent, il existe en plus des céphalées et/ou des douleurs de croissance,
Migraine abdominale : il existe des critères de migraine.
Les problèmes posés par les DAR fonctionnelles
1) Etiopathogénie
Les DAR fonctionnelles sont peu ou pas soulagées par les antalgiques habituels, et elles ne reconnaissent pas de « cause médicalement identifiable ». Ce sont cependant des douleurs bien réelles, c'est-à-dire ni simulées ni « psychiques ».
Pour les comprendre, on fait appel à un modèle biopsychosocial comportant comme facteurs : 
[list][*]
  • l'hypersensibilité viscérale, des troubles de la motilité gastro-intestinale, des modifications hormonales, l'inflammation,
  • des traumatismes psychologiques, tels que divorce des parents, abus sexuel, etc.,
  • la dynamique familiale et l'environnement scolaire,
  • et l'axe cerveau-intestin.
2) Diagnostic différentiel
Bien que l'argument de fréquence incline nettement en leur faveur, les DAR fonctionnelles sont par nature un diagnostic d'élimination (tableau II). 
Tableau II. Diagnostic différentiel des DAR de l'enfant et de l'adolescent 
DAR organiques :
Affections intra-abdominales
1) digestives :
- constipation chronique
- intolérance digestive : intolérance au lactose, maladie coeliaque
- oesophagite
- ulcère gastrique ou duodénal, gastrite à Helicobacter pylori
- maladies inflammatoires chroniques de l'intestin (MICI)
- parasitoses intestinales
- pancréatite chronique, lithiase biliaire, kyste du cholédoque
- malrotation
2) extra-digestives
- urinaires : infections urinaires à répétition, lithiase rénale, hydronéphrose
- gynécologiques (adolescente) : dysménorrhée...
Affections pariétales abdominales : hernies
Affections extra-abdominales : hypertension intra-crânienne, épilepsie, hypertension artérielle, maladie périodique, drépanocytose, saturnisme, purpura rhumatoïde
DAR psychogènes : dépression, troubles anxieux 
DAR fonctionnelles 
Faut-il effectuer un bilan étendu de peur de méconnaître une affection organique ?
Les experts et les sociétés savantes considèrent que chez les enfants âgés de 5 à 13 ans qui se plaignent de douleurs périombilicales et ne présentent pas de signes alarmants (tels que fièvre, perte de poids, retard statural et/ou pubertaire, ulcérations buccales, lésions périanales, masse abdominale, hépatosplénomégalie), on peut :
- limiter les examens complémentaires à : 
[list][*]un hémogramme et une VS (ou une CRP),[*]un dosage des transaminases sériques et de l'amylase et de la lipase pancréatiques,[*]un examen des urines (bandelette ± examen cytobactériologique),[*]une radiographie d'abdomen sans préparation ± une échographie abdominale,[*]un examen des selles (reche
  • rche de sang occulte, recherche de parasites).
NB : A ce noyau d'explorations, on a intérêt à rajouter une sérologie de la maladie coeliaque qui ne se manifeste parfois que par des douleurs abdominales.
- et se donner un peu de temps. 
[justify]3) Pronostic
La grande majorité des patients souffre de formes légères de DAR fonctionnelles et peut être prise en charge en soins primaires.
Les études sur le devenir des DAR fonctionnelles concernent des enfants adressés dans des centres de gastro-entérologie pédiatrique. Près de 30 % de ces sujets se plaignent encore de douleurs abdominales après 1 à 29 ans de suivi. A l'âge adulte, il peut s'agir d'un syndrome de l'intestin irritable.
Les enfants avec des DAR fonctionnelles ont aussi un risque accru de troubles émotionnels et psychiatriques, en particulier des troubles anxieux. 
Prise en charge[justify]Que faire chez un enfant qui se plaint de DAR, mais qui se porte apparemment bien et a un examen physique négatif ? 
 1) Un traitement empirique est défendable dans 3 cas :
a) S'il existe une histoire de constipation, on peut tester l'effet de la régularisation du transit intestinal avec un agent de masse.
Le produit sera dosé de façon à rendre les selles molles pendant quelques semaines, et l'effet de la régularisation du transit apprécié en faisant tenir un agenda des selles et des douleurs par l'enfant et/ou ses parents.
b) Si les douleurs siègent dans l'épigastre et sont rythmées par les repas, on peut prescrire un traitement anti-acide d'épreuve.
Le prélèvement d'une sérologie de Helicobacter pylori n'est pas indispensable.
Une fibroscopie et une biopsie gastriques sont indiquées s'il existe une dysphagie ou si les douleurs persistent ou réapparaissent. L'endoscopie permet de diagnostiquer un ulcère, une infection à Helicobacter pylori, une oesophagite à éosinophiles (souvent dysphagique), une gastrite, une maladie coeliaque.
c) Si les douleurs sont déclenchées par l'ingestion de certains aliments, on peut évoquer une intolérance alimentaire et adresser l'enfant à une diététicienne pour un régime d'exclusion.
2) La prise en charge des enfants qui présentent un tableau clinique compatible avec des DAR fonctionnelles est plus complexe.
A l'issue de l'examen clinique, les deux premières choses à faire sont de :
- donner acte à l'enfant et ses parents que les douleurs sont réelles et que ces douleurs réelles surviennent sans fondement organique. Cela implique d'exposer ce que sont les DAR et de dissiper les craintes d'une affection organique sans recourir à des examens complémentaires vraisemblablement inutiles.
- annoncer qu'il n'y a pas de traitement miracle. Parmi les traitements passés en revue dans trois méta-analyses de la Cochrane Library, les psychothérapies semblent les plus efficaces et les plus sûres.
L'objectif de la prise en charge est de soulager les douleurs et de maintenir un fonctionnement normal de l'enfant (activités quotidiennes, scolarité).
Il faut prescrire un minimum d'examens complémentaires et mettre en place un agenda des symptômes. Une consultation rapprochée permettra de prendre connaissance des résultats des examens et des annotations de l'agenda et de personnaliser la prise en charge.
Dans de nombreux cas expliquer et rassurer s'avèrent suffisants.
Sinon, des psychothérapies, telles que la relaxation musculaire et l'imagerie mentale, sont à privilégier.
L'avis d'un psychologue d'enfants n'est requis que lorsqu'on suspecte des troubles anxieux ou dépressifs ou si les DAR sont invalidantes et n'ont pas été améliorées par les stratégies de première ligne. Il faut noter qu'avant l'âge mental de 7-8 ans les enfants ont des difficultés à comprendre que les sentiments peuvent entraîner des douleurs.
Chez les enfants anxieux, déprimés ou très perturbés dans leurs activités quotidiennes, on peut discuter un traitement par des antidépresseurs tricycliques ou des inhibiteurs de la recapture de la sérotonine, tout en sachant qu'il y a peu de preuves de l'efficacité de ces médicaments sur les DAR.
Dans tous les cas un suivi régulier s'impose pour vérifier que la croissance staturo-pondérale se déroule de façon satisfaisante et pour soutenir l'enfant et sa famille.
________________________
Ce n'est pas la médecine qui fait le médecin, c'est l'Homme qui fait le médecin.


Revenir en haut
MSN
hamzoun
Général à la retraite
Général à la retraite

Hors ligne

Inscrit le: 02 Oct 2008
Messages: 1 399
Profession: Médecin
Grade:: Résident
Point(s): 1 788
Moyenne de points: 1,28

MessagePosté le: Lun 11 Jan - 00:47 (2010)    Sujet du message: douleurs abdominales recidivantes Répondre en citant

hamzoun a écrit:
Les bonnes réponses sont : A, C
Réponse commentée
Donner des explications et rassurer l'enfant et ses parents sont un préalable à la prise en charge d'un enfant souffrant de DAR fonctionnelles.
Aucune mesure diététique ou pharmacologique n'a fait la preuve d'une efficacité indiscutable dans cette pathologie. Les TCC peuvent être évoquées lors de la première consultation.
Dans la pratique, il faut commencer par mettre en place un agenda des symptômes et un suivi régulier afin de pouvoir personnaliser la prise en charge.
L'envoi à un psychologue d'enfants ou à un pédopsychiatre ne doit pas être systématique. 

 
Fiche de synthèse


Douleurs abdominales récidivantes de l'enfant
Les « maux de ventre » récidivants représentent 2 % à 4 % des motifs de consultation médicale des enfants. Dans plus de 90 % des cas, ils ne reconnaissent pas de cause organique ; ce sont, selon la terminologie actuelle, des douleurs abdominales récidivantes (DAR) fonctionnelles. 
Le cadre des DAR de l'enfant
Les premiers travaux donnant une vue d'ensemble des DAR de l'enfant remontent à un demi-siècle. C'est en 1958 que Apley et Naish ont défini les DAR des enfants capables de parler par la survenue d'au moins 3 épisodes douloureux sur une période plus longue que les trois mois écoulés, qui perturbent les activités habituelles, et notamment la scolarité. Ils ont aussi séparé les DAR organiques et les DAR fonctionnelles, de loin les plus fréquentes, et noté que plus les douleurs étaient distantes de l'ombilic, plus elles avaient de chances d'être organiques.
Les séries de cas publiées ultérieurement ont confirmé la fréquence des DAR entre 5 et 13 ans et la prépondérance des DAR fonctionnelles dans cette tranche d'âge.
Barr (1983) a proposé d'individualiser les DAR psychogènes.
La recherche clinique est à présent centrée sur les DAR fonctionnelles, ce qui tend à reporter les DAR organiques au diagnostic différentiel. La classification de Rome III (2006) distingue cinq tableaux cliniques de DAR fonctionnelles (tableau I), qui ont en commun : 
  • l'absence de signes d'un processus inflammatoire, anatomique, métabolique ou néoplasique,
  • des critères remplis au moins une fois/semaine durant les deux mois précédant le diagnostic (sauf pour la migraine abdominale).
Tableau I. Tableaux cliniques des DAR fonctionnelles, d'après Rome III (2006) 
Dyspepsie fonctionnelle : douleurs épigastriques, en rapport avec les repas, avec parfois nausées, ballonnement, etc.,
Syndrome de l'intestin irritable : douleurs associées à des troubles du transit intestinal (constipation, diarrhée, impression d'exonération incomplète),
Douleur abdominale fonctionnelle : douleurs isolées, sans les caractéristiques des deux syndromes précédents,
Syndrome douloureux abdominal fonctionnel : par rapport au tableau précédent, il existe en plus des céphalées et/ou des douleurs de croissance,
Migraine abdominale : il existe des critères de migraine.
Les problèmes posés par les DAR fonctionnelles
1) Etiopathogénie
Les DAR fonctionnelles sont peu ou pas soulagées par les antalgiques habituels, et elles ne reconnaissent pas de « cause médicalement identifiable ». Ce sont cependant des douleurs bien réelles, c'est-à-dire ni simulées ni « psychiques ».
Pour les comprendre, on fait appel à un modèle biopsychosocial comportant comme facteurs : 
[list][*]
  • l'hypersensibilité viscérale, des troubles de la motilité gastro-intestinale, des modifications hormonales, l'inflammation,
  • des traumatismes psychologiques, tels que divorce des parents, abus sexuel, etc.,
  • la dynamique familiale et l'environnement scolaire,
  • et l'axe cerveau-intestin.
2) Diagnostic différentiel
Bien que l'argument de fréquence incline nettement en leur faveur, les DAR fonctionnelles sont par nature un diagnostic d'élimination (tableau II). 
Tableau II. Diagnostic différentiel des DAR de l'enfant et de l'adolescent 
DAR organiques :
Affections intra-abdominales
1) digestives :
- constipation chronique
- intolérance digestive : intolérance au lactose, maladie coeliaque
- oesophagite
- ulcère gastrique ou duodénal, gastrite à Helicobacter pylori
- maladies inflammatoires chroniques de l'intestin (MICI)
- parasitoses intestinales
- pancréatite chronique, lithiase biliaire, kyste du cholédoque
- malrotation
2) extra-digestives
- urinaires : infections urinaires à répétition, lithiase rénale, hydronéphrose
- gynécologiques (adolescente) : dysménorrhée...
Affections pariétales abdominales : hernies
Affections extra-abdominales : hypertension intra-crânienne, épilepsie, hypertension artérielle, maladie périodique, drépanocytose, saturnisme, purpura rhumatoïde
DAR psychogènes : dépression, troubles anxieux 
DAR fonctionnelles 
Faut-il effectuer un bilan étendu de peur de méconnaître une affection organique ?
Les experts et les sociétés savantes considèrent que chez les enfants âgés de 5 à 13 ans qui se plaignent de douleurs périombilicales et ne présentent pas de signes alarmants (tels que fièvre, perte de poids, retard statural et/ou pubertaire, ulcérations buccales, lésions périanales, masse abdominale, hépatosplénomégalie), on peut :
- limiter les examens complémentaires à : 
[list][*]un hémogramme et une VS (ou une CRP),[*]un dosage des transaminases sériques et de l'amylase et de la lipase pancréatiques,[*]un examen des urines (bandelette ± examen cytobactériologique),[*]une radiographie d'abdomen sans préparation ± une échographie abdominale,[*]un examen des selles (reche
  • rche de sang occulte, recherche de parasites).
NB : A ce noyau d'explorations, on a intérêt à rajouter une sérologie de la maladie coeliaque qui ne se manifeste parfois que par des douleurs abdominales.
- et se donner un peu de temps. 
[justify]3) Pronostic
La grande majorité des patients souffre de formes légères de DAR fonctionnelles et peut être prise en charge en soins primaires.
Les études sur le devenir des DAR fonctionnelles concernent des enfants adressés dans des centres de gastro-entérologie pédiatrique. Près de 30 % de ces sujets se plaignent encore de douleurs abdominales après 1 à 29 ans de suivi. A l'âge adulte, il peut s'agir d'un syndrome de l'intestin irritable.
Les enfants avec des DAR fonctionnelles ont aussi un risque accru de troubles émotionnels et psychiatriques, en particulier des troubles anxieux. 
Prise en charge[justify]Que faire chez un enfant qui se plaint de DAR, mais qui se porte apparemment bien et a un examen physique négatif ? 
 1) Un traitement empirique est défendable dans 3 cas :
a) S'il existe une histoire de constipation, on peut tester l'effet de la régularisation du transit intestinal avec un agent de masse.
Le produit sera dosé de façon à rendre les selles molles pendant quelques semaines, et l'effet de la régularisation du transit apprécié en faisant tenir un agenda des selles et des douleurs par l'enfant et/ou ses parents.
b) Si les douleurs siègent dans l'épigastre et sont rythmées par les repas, on peut prescrire un traitement anti-acide d'épreuve.
Le prélèvement d'une sérologie de Helicobacter pylori n'est pas indispensable.
Une fibroscopie et une biopsie gastriques sont indiquées s'il existe une dysphagie ou si les douleurs persistent ou réapparaissent. L'endoscopie permet de diagnostiquer un ulcère, une infection à Helicobacter pylori, une oesophagite à éosinophiles (souvent dysphagique), une gastrite, une maladie coeliaque.
c) Si les douleurs sont déclenchées par l'ingestion de certains aliments, on peut évoquer une intolérance alimentaire et adresser l'enfant à une diététicienne pour un régime d'exclusion.
2) La prise en charge des enfants qui présentent un tableau clinique compatible avec des DAR fonctionnelles est plus complexe.
A l'issue de l'examen clinique, les deux premières choses à faire sont de :
- donner acte à l'enfant et ses parents que les douleurs sont réelles et que ces douleurs réelles surviennent sans fondement organique. Cela implique d'exposer ce que sont les DAR et de dissiper les craintes d'une affection organique sans recourir à des examens complémentaires vraisemblablement inutiles.
- annoncer qu'il n'y a pas de traitement miracle. Parmi les traitements passés en revue dans trois méta-analyses de la Cochrane Library, les psychothérapies semblent les plus efficaces et les plus sûres.
L'objectif de la prise en charge est de soulager les douleurs et de maintenir un fonctionnement normal de l'enfant (activités quotidiennes, scolarité).
Il faut prescrire un minimum d'examens complémentaires et mettre en place un agenda des symptômes. Une consultation rapprochée permettra de prendre connaissance des résultats des examens et des annotations de l'agenda et de personnaliser la prise en charge.
Dans de nombreux cas expliquer et rassurer s'avèrent suffisants.
Sinon, des psychothérapies, telles que la relaxation musculaire et l'imagerie mentale, sont à privilégier.
L'avis d'un psychologue d'enfants n'est requis que lorsqu'on suspecte des troubles anxieux ou dépressifs ou si les DAR sont invalidantes et n'ont pas été améliorées par les stratégies de première ligne. Il faut noter qu'avant l'âge mental de 7-8 ans les enfants ont des difficultés à comprendre que les sentiments peuvent entraîner des douleurs.
Chez les enfants anxieux, déprimés ou très perturbés dans leurs activités quotidiennes, on peut discuter un traitement par des antidépresseurs tricycliques ou des inhibiteurs de la recapture de la sérotonine, tout en sachant qu'il y a peu de preuves de l'efficacité de ces médicaments sur les DAR.
Dans tous les cas un suivi régulier s'impose pour vérifier que la croissance staturo-pondérale se déroule de façon satisfaisante et pour soutenir l'enfant et sa famille.



________________________
Ce n'est pas la médecine qui fait le médecin, c'est l'Homme qui fait le médecin.


Revenir en haut
MSN
doc rose
Modérateur Général
Modérateur Général

Hors ligne

Inscrit le: 11 Sep 2008
Messages: 4 448
Profession: Médecin
Grade:: Résident
Cancer (21juin-23juil) 猪 Cochon
Point(s): 4 009
Moyenne de points: 0,90

MessagePosté le: Lun 11 Jan - 16:55 (2010)    Sujet du message: douleurs abdominales recidivantes Répondre en citant

merci hamzoun
________________________

Aie confiance en toi-même, et tu sauras vivre.


Revenir en haut
MSN
FADILA
Modérateur Général
Modérateur Général

Hors ligne

Inscrit le: 19 Déc 2008
Messages: 2 734
Profession: etudiante
Grade:: Généraliste
Point(s): 3 003
Moyenne de points: 1,10

MessagePosté le: Mar 12 Jan - 20:29 (2010)    Sujet du message: douleurs abdominales recidivantes Répondre en citant

merci hamzoune
________________________
" اللهم انى استودعك قلبى فلا تجعل فيه احد غيرك واستودعك لا اله الا الله فلقنى اياها عند موتى "


Revenir en haut
MSN
celb
En progression
En progression

Hors ligne

Inscrit le: 26 Déc 2009
Messages: 6
Profession: medecin
Grade:: Interne
Cancer (21juin-23juil) 牛 Buffle
Point(s): 4
Moyenne de points: 0,67

MessagePosté le: Mer 13 Jan - 10:19 (2010)    Sujet du message: douleurs abdominales recidivantes Répondre en citant

merci  Smile

Revenir en haut
nourelhouda
Général à la retraite
Général à la retraite

Hors ligne

Inscrit le: 30 Mai 2009
Messages: 578
Profession: medecin
Grade:: Généraliste
Point(s): 920
Moyenne de points: 1,59

MessagePosté le: Mer 13 Jan - 20:23 (2010)    Sujet du message: douleurs abdominales recidivantes Répondre en citant

merci hamzoun Okay
________________________
N'acceptez jamais la défaite, vous êtes peut-être à un pas de la réussite.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 09:18 (2018)    Sujet du message: douleurs abdominales recidivantes

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum Algérien de Médecine Index du Forum -> Etudes Médicales -> Formation interactive -> Dossiers Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2, 3
Page 3 sur 3

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com