Forum Algérien de Médecine Index du Forum

Forum Algérien de Médecine
Cours, cas cliniques & mises à jour scientifiques

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 www.skymedz.xooit.com 
Bienvenue Invité, nous vous invitons à lire : Manuel d'utilisation - Sujets favoris
Santé Orthopédique  sante.orthodz.com 
Urticaire aiguë par allergie ou intolérance médicamenteuse

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum Algérien de Médecine Index du Forum -> La bibliothèque -> Médecine & Chirurgie -> Pédiatrie
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Khaled.dz
Fondateur
Fondateur

Hors ligne

Inscrit le: 10 Sep 2008
Messages: 4 229
Profession: Médecin
Grade:: Résident
Point(s): 5 773
Moyenne de points: 1,37

MessagePosté le: Ven 6 Nov - 18:26 (2009)    Sujet du message: Urticaire aiguë par allergie ou intolérance médicamenteuse Répondre en citant

A. BARBAUD,
Hôpital Fournier, Nancy
 
De très nombreux médicaments peuvent déclencher des urticaires aiguës. Il est donc fondamental de récupérer les informations concernant toutes les prises médicamenteuses lors de la poussée d’urticaire et de faire un schéma chronologique sur lequel figurent toutes les prises médicamenteuses et l’évolution de la dermatose.


Figure 1. Technique de l’IDR.
a.Tests intradermiques pour explorer
les urticaires médicamenteuses :
à faire avec des médicaments existant
sous forme injectable et sous
surveillance hospitalière.
b. IDR positives aux bêtalactamines
dans une urticaire due aux pénicillines.

Conduite à tenir immédiate

En urgence, il faut interrompre tous les médicaments récemment introduits dans un délai de 48 heures ou depuis plus longtemps en cas de sensibilisation active se manifestant au 10e jour du traitement. Il faut dresser la liste de tous les médicaments pris en précisant quel générique a été utilisé par le patient et demander à ce dernier de les conserver pour réaliser les bilans. Il faut interdire la prise de tout médicament appartenant aux classes suspectées jusqu’au bilan et rédiger un certificat ou une lettre sur lesquels seront notés tous les médicaments et les classes médicamenteuses contre-indiqués jusqu’aux investigations ultérieures. Il faut d’emblée programmer un bilan dans les 6 semaines à 6 mois qui suivent et, en cas de gravité, prévenir et demander conseil au Centre régional de pharmacovigilance. 

Investigations dans les urticaires médicamenteuses par hypersensibilité immédiate

Quatre à 6 semaines après la phase aiguë, des investigations cutanées ou sériques peuvent être réalisées.

Certaines urticaires sont dues à une hypersensibilité immédiate médiée par des IgE spécifiques dirigées contre certains médicaments. Dans ces formes, les tests peuvent être intéressants. Les prick-tests peuvent être réalisés 3 à 4 jours après l’arrêt des anti-H1, mais une semaine après s’il s’agit de la desloratadine. Ils seront réalisés un mois après l’administration d’un corticoïde par voie systémique. Il existe très peu de dosages commercialisés d’IgE spécifiques (radioallergosorbent tests ou RAST). On peut faire quelques RAST avec les bêtalactamines ou les curares. Les tests de dégranulation des basophiles humains, peu spécifiques, ne sont pas évalués pour prendre une place autre qu’à titre de recherche dans la prise en charge de ces patients. Les tests cutanés utiles dans les urticaires et angioedèmes sont les prick-tests et les intradermoréactions (IDR) faites avec des dilutions du médicament et lus de façon immédiate et retardée. Les prick-tests sont pratiqués sur les avant-bras ou le dos des patients avec un vaccinostyle. Tous les médicaments peuvent être testés, mais dans les urticaires, on recommande de les tester dilués. Ils sont considérés comme positifs lorsque la papule mesurée à 20 minutes est égale ou supérieure au diamètre de la papule obtenue avec le témoin négatif (sérum physiologique) + 3 mm. Le témoin positif est l’histamine. Chez un patient ayant présenté un choc anaphylactique, des dilutions importantes doivent être réalisées.

Dans les urticaires, on recommande de pratiquer les prick-tests avec le médicament dilué.   


Les prick-tests et les IDR permettent de rechercher le médicament inducteur et également les aller-gies croisées (1).
Sur 200 cas de toxidermie urticarienne dus à des médicaments variés, chez des patients ayant eu des patch-tests avec lecture immédiate, et en cas de négativité des prick-tests et des IDR lorsqu’il existait une forme injectable du médicament, 28,25 % des prick-tests et 20,6 % des IDR étaient positifs (2). La valeur prédictive négative des tests cutanés dans les urticaires est en cours de détermination. Pour les bêtalactamines, 49 patients sur 89 (55 %) ayant eu des tests cutanés immédiats négatifs et une recherche d’IgE antidéterminants des pénicillines négative, avaient un test de provocation orale positif avec la bêtalactamine incriminée (3). Tous médicaments confondus, le risque d’avoir un test de provocation oral positif malgré des tests négatifs est d’environ 10 % chez les patients ayant une toxidermie par hypersensibilité retardée ou urticarienne (4).



Figure 2. Technique du prick-test.

Urticaire aiguë par hypersensibilité non allergique (ou intolérance médicamenteuse)

Certaines urticaires médicamenteuses ne relèvent pas d’un mécanisme d’hypersensibilité allergique et ne doivent pas faire l’objet de tests cutanés. Il s’agit d’urticaires ayant un mécanisme pharmacologique.
 
• Dans les angioedèmes et les urticaires déclenchées par les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), les poussées surviennent avec des classes chimiques variées chez un même patient. Ces urticaires ou angioedèmes, pouvant être associés à un asthme et à une polypose nasosinusienne dans le cadre d’un syndrome de Fernand Widal, sont liés à un mécanisme pharmacologique bloquant la voie de la cyclo-oxygénase dans le métabolisme de l’acide arachidonique (5,6).



Figure 4.
Urticaire médicamenteuse
au bupropion.


• Les angioedèmes et les urticaires liées aux inhibiteurs de l’enzyme de conversion (IEC) et aux « sartans » relèvent, au moins pour les angioedèmes aux IEC, d’une interférence avec le métabolisme des bradykinines (7,8). Il n’y a pas lieu de se lancer dans des investigations, mais dès que ces médicaments sont suspectés, le traitement antihypertenseur doit être modifié, sachant que la récidive est possible lorsque l’on passe des IEC aux sartans.
• Les urticaires liées au bupropion ne sont pas exceptionnelles : les investigations immunoallergologiques sont négatives chez ces patients et sont donc inutiles (9).
• Les oedèmes palpébraux liés à la consommation de tadalafil sont pharmacologiques et non allergiques et ne nécessitent pas de bilan (10).
• Dans les flushs liés aux corticoïdes, le mécanisme n’est pas IgE-dépendant et les tests sont inutiles. L’encadré résume la conduite à tenir devant une urticaire aiguë médicamenteuse.



Figure 3.
Prick-tests positifs à 20 minutes
dans un choc anaphylactique :
dans un choc, toujours débuter
avec des solutions très diluées





Les 11 recommandations à suivre pour prendre en charge une urticaire aiguë d’origine médicamenteuse
• Faire un schéma chronologique avec le nom de tous les médicaments pris en précisant la forme commercialisée prescrite et délivrée
(générique).
• Arrêter les médicaments suspects, sans interrompre les médicaments bien supportés et pris depuis plus de 10 jours.
• Ne pas essayer de substituer à l’aveugle dans la même classe, les allergies croisées étant très fréquentes au sein d’une même classe chimique.
• Demander au patient de conserver tous les médicaments qu’il a pris qui serviront pour les bilans ultérieurs.
• Traiter par antihistaminique 1 de 2e génération et ce, une semaine après l’arrêt du (des) médicament(s) suspecté(s).
• Programmer un bilan dermato-allergologique 6 semaines après.
• En cas d’angioedème ou d’urticaire récidivante, ne pas demander de tests mais savoir évoquer une intolérance pharmacologique aux AINS, inhibiteurs du récepteur de l’angiotensine II (« sartans »), inhibiteurs de l’enzyme de conversion, bupropion, les oedèmes palpébraux
au tadalafil.
• Les tests in vitro ne sont pas validés (sauf anaphylaxie aux curares).
• Les prick-tests et les intradermoréactions médicamenteuses sont utiles
pour le diagnostic étiologique et la recherche d’allergies croisées :
– l’hypersensibilité immédiate peut être liée au principe actif ou aux excipients (sulfites, carboxyméthylcellulose…) ;
– les tests sont faits sous surveillance hospitalière ;
– un test négatif n’élimine pas le diagnostic d’allergie médicamenteuse ;
– les tests guident les réintroductions médicamenteuses à doses progressivement
croissantes, versus placebo, sous surveillance hospitalière.
• Le patient doit être porteur d’un certificat ou d’une carte sur lesquels sont notés les médicaments contre-indiqués mais aussi ceux qui peuvent être pris en remplacement.
• En cas de manifestations graves ou inattendues, une déclaration au centre régional de pharmacovigilance doit être faite.
 




Références
1. Barbaud A. Drug skin tests and systemic drug reactions: an update. Exp Rev Dermatol 2007 ; 2 : 481-96.
2. Bursztejn A et al. Évaluation des tests dans les taxidermies urticariennes. Ann Dermatol Venereol 2007 ; 134 : 7s39.
3. Torres MJ et al. Controlled administration of penicillin to patients with a positive history but negative skin and specific serum IgE tests. Clin Exp Allergy 2002 ; 32 : 270-6.
4. Waton J et al. Negative predictive value of drug skin tests in investigating cutaneous adverse drug reactions. Br J Dermatol 2009 ; 160 : 786-94.
5. Silverman E et al. Pharmacogenetics of the 5-lipoxygenase pathway in asthma. Clin Exp Allergy 1998 ; 28 : 164-73.
6. Viola M et al. Celecoxib tolerability in patients with hypersensitivity (mainly cutaneous reactions) to nonsteroidal anti-inflammatory drugs. Int Arch Allergy Immunol 2005 ; 137 : 145-50.
7. Warner KK, Visconti JA, Tschampel MM. Angiotensin II receptor blockers in patients with ACE inhibitor-induced angioedema. Ann Pharmacother 2000 ; 34 : 526-8.
8. Sondhi D, Lippmann M, Murali G. Airway compromise due to angiotensin-converting enzyme inhibitor-induced angioedema: clinical experience at a large community teaching hospital. Chest 2004 ; 126 : 400-4.
9. Fays S et al. Bupropion and generalized acute urticaria: eight cases. Br J Dermatol 2003 ; 148 : 171-2.
10. Chandeclerc ML et al. Tadalafil and palpebral edema. South Med J 2004 ; 97 : 1 142-3.

________________________
Présentez vous dans la section des Présentations,
Lisez notre Règlement,
Respectez les Modérateurs,
Partagez vos documents (libres de droit) et vos articles.

Nos liens : Portail de l'information médicale - Page facebook


Dernière édition par Khaled.dz le Mar 25 Mai - 17:44 (2010); édité 1 fois
Revenir en haut
MSN
Publicité






MessagePosté le: Ven 6 Nov - 18:26 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Dr FOUZ
Modérateur Général
Modérateur Général

Hors ligne

Inscrit le: 24 Déc 2008
Messages: 1 615
Profession: étudiante
Grade:: Résident
Taureau (20avr-20mai) 虎 Tigre
Point(s): 1 498
Moyenne de points: 0,93

MessagePosté le: Ven 6 Nov - 19:51 (2009)    Sujet du message: Urticaire aiguë par allergie ou intolérance médicamenteuse Répondre en citant

Merci admino trés trés interessant  Okay

Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 04:52 (2016)    Sujet du message: Urticaire aiguë par allergie ou intolérance médicamenteuse

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum Algérien de Médecine Index du Forum -> La bibliothèque -> Médecine & Chirurgie -> Pédiatrie
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com