Forum Algérien de Médecine Index du Forum

Forum Algérien de Médecine
Cours, cas cliniques & mises à jour scientifiques

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 www.skymedz.xooit.com 
Bienvenue Invité, nous vous invitons à lire : Manuel d'utilisation - Sujets favoris
Santé Orthopédique  sante.orthodz.com 
Diagnostic et traitement de la migraine : peut mieux faire

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum Algérien de Médecine Index du Forum -> Forums Généraux -> Revue de Presse Médicale
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
FADILA
Modérateur Général
Modérateur Général

Hors ligne

Inscrit le: 19 Déc 2008
Messages: 2 734
Profession: etudiante
Grade:: Généraliste
Point(s): 3 003
Moyenne de points: 1,10

MessagePosté le: Mar 3 Nov - 20:58 (2009)    Sujet du message: Diagnostic et traitement de la migraine : peut mieux faire Répondre en citant

Diagnostic et traitement de la migraine : peut mieux faire



02/11/09



Bien que la prise en charge de la migraine se soit notoirement améliorée au cours des 15 dernières années, il apparaît que, dans ce domaine, plusieurs points restent à améliorer. Ces remarques sont essentiellement tirées de 3 grandes études épidémiologiques réalisées aux Etats Unis mais sont applicables à la situation européenne.
Or, il s'avère que l'impact individuel et social de cette pathologie est toujours sous- évalué, qu'elle échappe encore au diagnostic et que son traitement demeure imparfait, d'autant que les patients atteints ne consultent pas systématiquement et sont mal suivis.
Le manque de signes objectifs au cours de la crise ne facilite pas la communication malade- médecin, à moins que ce dernier en souffre également et les consultations rapides actuelles n'accordent guère de temps à la parole. De plus, on observe une pénurie de spécialistes : en 2002, 71 pays comptaient moins d'un neurologue par million d'habitants et d'ailleurs, pour eux, la migraine ne fait pas partie des maladies importantes, grands enjeux de santé publique.
Ces différents éléments expliquent la rareté des consultations spécifiques (6,4/100 patients année, dont 55 % chez le neurologue et 30 % chez le généraliste, selon une étude anglaise). Quant aux consultations de suivi, elles concernent seulement 20 % des patients. D'ailleurs, le fait de consulter ne met pas à l'abri du manque d'information, puisque, sur une année, parmi ceux qui ont eu un contact médical, seuls 56 % d'entre eux connaissent précisément le diagnostic porté (source : Etudes américaines AMS-1, AMS-II, AMPP).
Selon une certaine logique, il est confirmé que les formes atypiques, migraine probable, migraine chronique..., sont encore plus facilement méconnues que les autres. Dans une étude danoise, la prévalence de la migraine probable était estimée à 2,5 % alors qu'elle s'est révélée se situer autour de 14 %. Par contre, l'éventualité d'une évolution vers une forme réfractaire est plus facilement admise depuis que l'on considère cette entité comme une maladie chronique et non plus épisodique. De même, on sait que l'on peut avoir une action sur certains des facteurs adjuvants qui lui sont reconnus : allodynie cutanée, obésité, abus de caféine, prise d'opiacés ou de barbituriques, troubles psychiques comorbides...
Si les crises sont, le plus souvent, traitées par plusieurs médicaments, associant fréquemment médication familiale et prescription, on constate que cette dernière catégorie a augmenté de 32 % au cours des 15 dernières années. Cependant, plus de 45 % des migraineux n'ont jamais eu recours à un traitement préventif, alors qu'ils répondaient aux critères de sa prescription et 25 % l'ont abandonné.
Si les crises sont traitées, ce n'est généralement pas à leur début, mais en phase d'état, quand leur nature ne peut plus être mise en doute ou qu'elles sont très violentes, ceci en raison d'effets indésirables possibles (dans 37 % des cas).
Piètre observance, abandon de traitement sont donc fréquents, à cause de son coût, de la présentation des médicaments majeurs en conditionnements réduits, du caractère partiel du soulagement induit ou de la mauvaise tolérance du traitement.
Ainsi, les travaux récents confirment que, globalement, diagnostic et traitement de la migraine restent à optimiser et que la prise en compte de cette pathologie et de ses diverses formes mérite plus d'attention.
Dr Françoise Ponchie Gardelle
Bigal M. et coll. : Barriers to satisfactory migraine outcomes. What have we learned, where do we stand ? Headache 2009; 49 : 1028- 1041

________________________
" اللهم انى استودعك قلبى فلا تجعل فيه احد غيرك واستودعك لا اله الا الله فلقنى اياها عند موتى "


Revenir en haut
MSN
Publicité






MessagePosté le: Mar 3 Nov - 20:58 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Amine
Modérateur Général
Modérateur Général

Hors ligne

Inscrit le: 11 Sep 2008
Messages: 3 181
Profession: Médecin
Grade:: Généraliste
Point(s): 2 300
Moyenne de points: 0,72

MessagePosté le: Mar 3 Nov - 21:59 (2009)    Sujet du message: Diagnostic et traitement de la migraine : peut mieux faire Répondre en citant

merci fadila Okay

Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 20:38 (2016)    Sujet du message: Diagnostic et traitement de la migraine : peut mieux faire

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum Algérien de Médecine Index du Forum -> Forums Généraux -> Revue de Presse Médicale Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com