Forum Algérien de Médecine Index du Forum

Forum Algérien de Médecine
Cours, cas cliniques & mises à jour scientifiques

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 www.skymedz.xooit.com 
Bienvenue Invité, nous vous invitons à lire : Manuel d'utilisation - Sujets favoris
Santé Orthopédique  sante.orthodz.com 
Le privé est il l'unique alternative pour nos malade?

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum Algérien de Médecine Index du Forum -> Forums Généraux -> Café Médical
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
MIRAGE
Soldat
Soldat

Hors ligne

Inscrit le: 11 Aoû 2009
Messages: 79
Profession: etudiant !
Point(s): 90
Moyenne de points: 1,14

MessagePosté le: Jeu 20 Aoû - 18:37 (2009)    Sujet du message: Le privé est il l'unique alternative pour nos malade? Répondre en citant

pensez vous vraiment la privatisation des soins en algerie et de la medecine en genérale est la seule solution pour mettre fin à la souffrances de nos malades !
je vous laisse le soin de lire ces deux articles !



C’est devenu monnaie courante en Algérie. La plupart des scanners dans les hôpitaux publics sont en panne. Quand ils ne le sont pas, on les met carrément à l’arrêt. C’est le cas aussi de nombreux autres équipements médicaux : radiographies, mammographies, scanners, IRM, échographies, endoscopies…

Il faut dire que chez nous, en Algérie, le problème de l’entretien et de la maintenance du matériel médical se pose avec acuité. Nous ne disposons pas de suffisamment de personnel qualifié et formé pour l’utilisation des équipements médicaux.

Résultat, souvent du matériel neuf croupit dans des cartons. Une situation qui pénalise fortement les malades et les pousse à se rabattre le plus souvent sur le privé pour effectuer leurs examens, au prix fort.

Le CHU de Beni Messous ne semble pas déroger à «la règle». Il vit au rythme des pannes en série qui touchent les équipements d’imagerie médicale. Scanner en panne, idem pour la radioscopie digestive… Les malades qui s’adressent à l’unité de scanner pour des examens sont vite déçus.
Ce service fait l’objet de travaux. «Une fois rénové, le service sera doté d’un nouveau scanner», nous dit un infirmier. A vrai dire, ce précieux appareil est en panne dans les rares hôpitaux qui en disposent. «Panne» est un mot que l’on entend désormais souvent en parlant de matériel médical. Il arrive aussi que des services soient fermés pour rénovation sans qu’il y ait une solution de rechange.

Evidement, le malade démuni est la seule victime de cette déficience.

Au CHU de Beni Messous, les va-et-vient des malades renseignent sur leur malaise. Certains sont résolus à aller faire les examens prescrits ailleurs, c’est-à-dire chez le privé, à des prix hors de portée.

Le même calvaire est vécu par les malades cancéreux qui nécessitent des soins de radiothérapie. Il faut savoir que la radiothérapie est préconisée pour certains cancers et doit intervenir six semaines après une cure de chimiothérapie, notamment pour ce qui est du cancer du sein. Mais les rendez- vous de plus en plus éloignés peuvent compromettre le traitement et menacer la vie du patient. Beaucoup de malades cancéreux meurent faute de radiothérapie.

C’est dire que la situation du secteur de la santé ne s’améliore guère. Les promesses des autorités concernées sont restées lettre morte.
Les incessants appels des malades sont restés sans réponse. Les spécialistes algériens ont, eux aussi, alerté à maintes reprises sur ce genre de «défaillances» qui touche le matériel médical, en vain. D’ailleurs, beaucoup avouent rencontrer des difficultés pour établir correctement les diagnostics en raison du manque d’appareils modernes.

L’imagerie médicale a un rôle primordial dans la prévention et le traitement des pathologies. Par exemple, le grand atout du scanner est qu’il s’agit d’une technique d’imagerie médicale permettant de retrouver des anomalies qui ne sont pas visibles sur des radiographies standard ou lors d’une échographie. Cet appareil met en évidence des infections, une hémorragie, des kystes, des tumeurs ou encore des ganglions. En fait, l’invention du scanner a révolutionné la radiologie.

Le ministre de la Santé a été à maintes reprises sollicité sur les préoccupations qui touchent de plein fouet le secteur mais maintient que tout va bien. Pourtant, le constat est bien là.

Qu’il s’agisse de pénurie de médicaments ou de la qualité des soins, des insuffisances sont constamment relevées sans que cela fasse réagir le département de la Santé.

Le malade se retrouve seul à payer le prix de la mauvaise gestion des vrais problèmes de la santé en Algérie.

En Algérie, la nouvelle carte sanitaire n’apporte pas les changements promis par les initiateurs de la réforme. Loin de là ! De nombreux établissements de santé à travers le pays souffrent de dysfonctionnements multiples.

Mauvaise gestion de l’activité et des équipements, mauvaise répartition des moyens humains et matériels, rupture des stocks de médicaments… et pannes répétées du matériel médical.

Les consommables se volatilisent

Les structures de santé continuent d’offrir une image peu enviable. Médiocre, pour reprendre les mots de nombreux citoyens qui s’y sont rendus pour un malaise, une fracture, une consultation… ou simplement une injection. Certes, d’aucuns ne peuvent ignorer les réalisations dans ce secteur sensible qu’est la santé publique (réhabilitation d’anciens établissements, réception de nouvelles structures, ouverture de nouveaux services…) mais des problèmes persistent. De gros problèmes qui pénalisent sérieusement l’activité médicale et portent préjudice au physique et au moral.

Plusieurs années après la mise en œuvre de la réforme –approuvée par certains mais décriée par d’autres- le train du changement avance à un rythme très lent. Il traîne le pas pour ne pas arriver à destination… La réforme se cache, incapable d’y faire face. Elle se cherche une voie de secours !

Des plaintes et complaintes que beaucoup croyaient faire partie d’un passé révolu reviennent au présent et menacent de perdurer.

Si vous allez à l’hôpital, n’oubliez surtout pas de prendre avec vous une feuille de maladie. C’est nécessaire pour le remboursement de vos médicaments. L’hôpital n’en dispose que pour les proches.
Les intimes.

Si vous partez pour une injection, passez chez le pharmacien du coin et achetez une seringue. Et pour de plus sûreté, ajoutez du coton. Peut-être même le pansement si vous souffrez d’une blessure.

Des consommables qui ne restent pas longtemps au niveau des structures hospitalières. Ils sontutilisés en permanence et en grandes quantités, ce qui est normal. Ce qui ne l’est pas, c’est que des gens à l’intérieur de la structure hospitalière n’hésitent pas à puiser dans les stocks. Non pour les besoins des malades mais pour leurs propres besoins. Quand on est infirmier ou médecin, on peut bien se permettre ces petits privilèges. «Elle m’a dit que si j’ai besoin de pansement ou de coton, elle m’en donnera pour m’en servir à la maison. C’est gentil de sa part mais je pense que je n’en ai pas le droit. Ni d’ailleurs elle… Si je n’avais pas été hospitalisée par l’entremise d’un haut responsable, ils ne m’auraient pas entourée d’autant d’affection et d’amabilités», fait remarquer une malade.

Ces machines en panne

Ce n’est un secret pour personne ! Ça se passe ainsi dans un grand nombre d’établissements hospitaliers, comme c’est le cas d’ailleurs dans d’autres secteurs.

Pour les déplacements des malades, les ambulances et ceux qui les conduisent se font désirer. Même au risque de perdre une vie humaine. En voici un seul exemple pour témoigner de cette triste vérité. Cela s’est passé, il y a près de deux ans, à la veille de l’Aïd El Fitr. Un homme, pris de malaise, a été rapidement évacué vers l’hôpital de Kouba à bord d’une voiture de la famille. Arrivé à l’hôpital, pas d’ambulance.

La famille s’affole. Il faut absolument trouver une solution. Elle va jusqu’à faire venir un responsable de l’hôpital en vain. L’ambulance de l’hôpital n’arrive qu’après celle d’un privé. Trois heures de perdues… Entre-temps, l’homme tombe dans un coma profond. Evacué au service de réanimation du CHU Mustapha, il succombe après dix longs jours. Les ambulances manquent dans les hôpitaux et sont presque inexistantes dans les polycliniques et les centres de soins. Les citoyens utilisent leurs propres véhicules pour l’évacuation d’un malade. Même chose pour les fauteuils roulants, remplacés par des chaises, toutes petites et vétustes… Et dire que les responsables du ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière exhibent des sommes faramineuses dépensées dans l’achat d’équipements.
En effet, de grosses sommes d’argent ont été allouées, dans le cadre de la réforme du système de santé, pour doter les structures hospitalières des équipements nécessaires. Des établissements en ont bénéficié, d’autres en entendent seulement parler. Et même pour ceux qui en ont bénéficié, des manques sont signalés en permanence.

De l’appareil de radiologie au scanner et à l’IRM, en passant par l’appareil d’échographie et l’électrocardiogramme (ECG), plusieurs fois des citoyens se voient refuser l’accès à ces machines qui tombent souvent en panne.

«Les clichés ne sont pas lisibles. Il vaut mieux aller refaire la radio chez un privé», entend-on dire à un jeune qui consulte pour une fracture. «Le scanner est en panne. Tu n’aurais pas une bonne connaissance à l’hôpital de Bab El Oued ?» dit-on à un autre demandant un rendez-vous pour sa mère qui doit subir une intervention chirurgicale. C’est habituel, complètement banal. C’est le contraire qui aurait étonné en ces temps où il faut toujours avoir son calepin sur soi, se chercher d’anciens amis… pour s’assurer un bon contact dans un service de santé et, partant, avoir accès aux soins demandés. C’est à se demander pourquoi laisser travailler des médecins dans une polyclinique ou un centre de proximité s’ils ne sont pas en mesure de faire un diagnostic immédiat d’une maladie qui semble être inquiétante. L’Aspegic et le Spasfon semblent faire l’affaire, en attendant que des examens de radiologie ou des analyses médicales se fassent ailleurs, dans un laboratoire privé de préférence pour avoir des résultats rapides et fiables. A l’hôpital ou à la polyclinique, il faut attendre des jours, peut-être des mois, pour un rendez-vous…

Et pourtant !

Le manque d’équipements médicaux dans un grand nombre d’établissements de santé à travers le pays, notamment dans les wilayas de l’intérieur et les régions enclavées, est un problème réel. Un problème qui se greffe sur le manque criant de spécialistes.

Pourtant, l’argent ne manque pas pour doter l’ensemble des structures du matériel nécessaire. C’est cela qui est inquiétant ! Au début de la mise en œuvre de la carte sanitaire, les 186 EPSP (établissements publics de santé de proximité) ont bénéficié chacun, pour ne citer que cet exemple, d’un milliard de centimes, pour l’achat de matériel d’ophtalmologie. L’enveloppe a été dégagée sur instruction de l’ancien ministre, Amar Tou. Aujourd’hui, des mois après l’application de l’instruction ministérielle, de grandes quantités de ce matériel «pourrissent» dans les caves de nombreux établissements. La raison en est le déficit en médecins ophtalmologues. Aussi, constatons-nous, certains établissements sont équipés «à l’excès», possédant des machines ultramodernes, d’autres manquent d’équipements de base.

Il y a aussi ce gros problème de manque de médicaments. Les ruptures de stocks n’en finissent pas… au grand dam des malades chroniques (hypertendus, diabétiques, insuffisants rénaux… et bien sûr, les cancéreux). Si l’on en croit certains proches de la santé, il y a même un manque dans les produits anesthésiants. Interpellés sur ces problèmes, l’Institut Pasteur d’Algérie et la Pharmacie centrale des hôpitaux, (PCH) sont souvent mis en cause, les responsables du ministère de la Santé, de la Population et de Réforme hospitalière réfutent, tout simplement, les accusations des malades.

Par la tribune
________________________
Quand tout le monde va bien, le médecin va mal"


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 20 Aoû - 18:37 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Amine
Modérateur Général
Modérateur Général

Hors ligne

Inscrit le: 11 Sep 2008
Messages: 3 181
Profession: Médecin
Grade:: Généraliste
Point(s): 2 300
Moyenne de points: 0,72

MessagePosté le: Jeu 20 Aoû - 22:07 (2009)    Sujet du message: Le privé est il l'unique alternative pour nos malade? Répondre en citant

le probleme est plus profond que l'ont pense:il faut revoir la structure medicale en entier,à commencer par augmenter les salaires des medecin(il faut les multiplier au moin par 3)ainsi les medecins seront vraiment motivés,rendre la medecine payante(ainsi le ministere ne trouvera pas d'excuse pour l'augmentation des salire)en plus ça evitera les faux malades(qui representent plus de 50%),equiper les hopitaux et créer des commision de control.
ce systeme marche dans tous les pays devellopés,meme dans les pays voisins(comme la tunisie et le maroc),donc je ne vois pas pourquoi ça ne marchera pas avec nous!


Revenir en haut
Khaled.dz
Fondateur
Fondateur

Hors ligne

Inscrit le: 10 Sep 2008
Messages: 4 229
Profession: Médecin
Grade:: Résident
Point(s): 5 773
Moyenne de points: 1,37

MessagePosté le: Jeu 20 Aoû - 22:13 (2009)    Sujet du message: Le privé est il l'unique alternative pour nos malade? Répondre en citant

Il y a aussi un nouveau ancien phénomène, le détournement des malades vers le privé.
________________________
Présentez vous dans la section des Présentations,
Lisez notre Règlement,
Respectez les Modérateurs,
Partagez vos documents (libres de droit) et vos articles.

Nos liens : Portail de l'information médicale - Page facebook


Revenir en haut
MSN
amelie1
Soldat
Soldat

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2009
Messages: 116
Profession: etudiante
Grade:: Externe
Point(s): 192
Moyenne de points: 1,66

MessagePosté le: Ven 21 Aoû - 15:34 (2009)    Sujet du message: Le privé est il l'unique alternative pour nos malade? Répondre en citant

Khaled.dz a écrit:
Il y a aussi un nouveau ancien phénomène, le détournement des malades vers le privé.


oui... alors moi j'ai vu un patient qui demandait à un medecin ds un CHU de l'orienter vers une clinique privée: ça se propage de plus en plus malheureusement.
(nouveau ancien Smile Smile ,oui avant c'était les medecins qui orientaient mnt c'est les patients qui le revendique)
________________________
chaque jour est une vie


Revenir en haut
douglas
Lieutenant
Lieutenant

Hors ligne

Inscrit le: 12 Aoû 2009
Messages: 909
Profession: ETUDIANTE
Grade:: Externe
馬 Cheval
Point(s): 704
Moyenne de points: 0,77

MessagePosté le: Mer 26 Aoû - 21:55 (2009)    Sujet du message: Le privé est il l'unique alternative pour nos malade? Répondre en citant

vous avez parfaitement raison!!les scanners,radio...sont toujours en panne dans les hopitaux,l'autre jour un etudiant a protester a ça et le resultat :il a eu un 05 a l'exam!! alrs c'est desolant et on y peux rien!!
________________________
si lasse de tout,que j'aimerai l'avoir quitter;ce monde,sauf qu'en mourant,je dois laisser mon amour seul.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 18:51 (2016)    Sujet du message: Le privé est il l'unique alternative pour nos malade?

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum Algérien de Médecine Index du Forum -> Forums Généraux -> Café Médical Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com