Forum Algérien de Médecine Index du Forum

Forum Algérien de Médecine
Cours, cas cliniques & mises à jour scientifiques

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 www.skymedz.xooit.com 
Bienvenue Invité, nous vous invitons à lire : Manuel d'utilisation - Sujets favoris
Santé Orthopédique  sante.orthodz.com 
controle neureulogique de la deglutition

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum Algérien de Médecine Index du Forum -> Les autres spécialités -> Chirurgie dentaire
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
hyetis
Général à la retraite
Général à la retraite

Hors ligne

Inscrit le: 22 Mar 2009
Messages: 423
Profession: chirurgien dentiste
Gémeaux (21mai-20juin) 牛 Buffle
Point(s): 454
Moyenne de points: 1,07

MessagePosté le: Dim 12 Avr - 20:18 (2009)    Sujet du message: controle neureulogique de la deglutition Répondre en citant

CONTRÔLE NEUROLOGIQUE DE LA DÉGLUTITION
 
 
 
 
 
  





 
 
Citation:


Les différentes séquences motrices composant l'acte de déglutition s'enchaînent de façon extrêmement précise. Cet enchaînement nécessite une coordination complexe de l'action des différents muscles de la cavité buccale, du pharynx, du larynx et de l'œsophage. Les mécanismes nerveux commandant et contrôlant la déglutition de même que la localisation et l'organisation des structures nerveuses centrales impliquées ne sont pas encore parfaitement clairs. Les connaissances dans ce domaine sont issues pour la plupart des observations radiologiques et électromyographiques chez l'homme. Elles sont issues également des données fournies par l'expérimentation animale mais celles-ci ne sont pas toujours transposables. 
 
 
Théories actuelles de la déglutition 
Elles reposent sur la découverte de l'existence d'un centre nerveux rhombencéphalique (protubérance annulaire et bulbe rachidien) appelé «centre déglutiteur» recevant des informations périphériques issues des zones innervées par les IX et X, paires crâniennes et envoyant des ordres aux différents muscles impliqués dans la déglutition, et des informations d'origine centrale. Ce centre déglutiteur élabore un véritable programme des différents événements composant la déglutition. Ce programme de la déglutition peut être mis en jeu de façon réflexe, grâce aux informations sensitives issues des zones innervées par la X ou IX paire crânienne (déglutition involontaire). Il peut être mis enjeu également grâce à des ordres donnés par les centres supérieurs (déglutition volontaire sous contrôle cortical). 
 
 
DÉGLUTITION RÉFLEXE 
Stimuli déclenchant la déglutition 
Ils semblent être différents suivant la région où ils sont appliqués. L'eau semble être le stimulus le plus efficace au niveau du vestibule laryngé et du plan glottique. Les récepteurs sensibles à l'eau sont concentrés sur la muqueuse interaryténoïdienne. La déglutition déclenchée par la stimulation des régions innervées par le nerf laryngé supérieur semble préserver les voies aériennes de l'inhalation de salive ou de sécrétions muqueuses. Les stimuli mécaniques semblent être, en revanche, les plus efficaces au niveau de l'oropharynx. Les piliers antérieurs de l'amygdale sont des zones plus réflexogènes que les piliers postérieurs, la paroi postérieure du pharynx ou la base de langue. Des substances sapides comme le saccharose, l'éthanol, la quinine ou l'acide acétique facilitent le déclenchement lorsqu'elles sont appliquées dans la cavité buccale ou le pharynx. 
Cependant, les stimuli provoquant la déglutition peuvent déclencher d'autres types de réflexes, réflexes nauséeux ou réflexes de toux suivant l'intensité du stimulus. 
Les récepteurs sensitifs impliqués dans le déclenchement de la déglutition pharyngée semblent être des terminaisons libres superficielles. Ce sont des récepteurs à adaptation lente, sensibles à des pressions légères. 
Au niveau de l'œsophage, la déglutition peut être encore déclenchée à partir de stimuli mécaniques (distension) appliqués au niveau de la partie proximale de l'œsophage. À partir du tiers moyen de l'œsophage, la distension induit un péristaltisme secondaire. Les mécanorécepteurs sont localisés dans la musculeuse œsophagienne. 
 
 
Voies afférentes 
Les fibres sensitives issues des zones réflexogènes pour la déglutition sont contenues dans la IX et la X paires crâniennes. 
Seule la stimulation du nerf laryngé supérieur est constamment efficace pour déclencher la déglutition chez la plupart des mammifères. Des expériences ont montré que, chez le mouton décérébellé, la stimulation du glosso-pharyngien ne déclenche pas à tout coup une déglutition. La stimulation de la branche maxillaire supérieure du trijumeau est inefficace et peut même inhiber le réflexe de déglutition déclenché par la stimulation du nerf laryngé supérieur. 
Chez l'homme, il semble que la stimulation des zones innervées par le nerf glosso-pharyngien ait un rôle facilitateur dans le déroulement de la déglutition. Cependant, le nerf laryngé supérieur, comme chez les autres espèces, a un rôle prépondérant dans le réflexe de protection des voies aériennes supérieures. Sa préservation dans les chirurgies du larynx est donc capitale. 
Les informations véhiculées par le V3 modulent la réponse réflexe. Les mécano récepteurs situés dans la cavité buccale et dans l'articulation temporo-mandibulaire apportent des informations sur la texture et le volume des aliments: certaines réponses motrices vont être modifiées dans leur durée ou leur amplitude en fonction de ces celles-ci. Les informations en provenance des zones innervées par les IX et X paires crâniennes convergent vers les centres de la déglutition par le faisceau solitaire. Les informations recueillies par les récepteurs de la cavité buccale sont véhiculées par la racine descendante du trijumeau. 
 
 
Centres de la déglutition et voies efférentes 
Ils sont situés au niveau du rhombencéphale. Leur organisation fonctionnelle peut être répartie en trois étages. 
Étage sensitif ou afférent 
- Le noyau solitaire est situé sous le plancher du IV ventricule, à la partie moyenne du bulbe rachidien. Il reçoit les fibres du IX et du X mais aussi des fibres gustatives véhiculées par le VII bis et quelques fibres du V. 
- Le noyau gélatineux de Rolando, au niveau de la partie inférieure du bulbe, reçoit la majorité des fibres sensitives du V. 
Étage moteur 
Il contient les corps cellulaires des motoneurones mis en jeu au cours de la déglutition. 
- Le noyau moteur du trijumeau, ou noyau masticateur, est localisé dans la partie moyenne de la protubérance annulaire. Il commande la motricité des muscles temporal, ptérygoïdiens interne et externe, masséter, mylo-hyoïdien, ventre antérieur du digastrique et péristaphylin externe. 
- Le noyau moteur du facial est situé à la partie inférieure de la protubérance annulaire. Il innerve les muscles peauciers de la face et du cou, le stylo-hyoïdien et le ventre postérieur du muscle digastrique. 
- Le noyau ambigu occupe toute la hauteur du bulbe. Sa partie ventrale possède une organisation somatotopique. La partie rostrale commande l'innervation de l'œsophage et du vélopharynx (fibres motrices du IX et du X), la partie caudale, le larynx (XI bulbaire). Le noyau dorsal contient les corps cellulaires des neurones pré ganglionnaires destinés à la partie musculaire lisse de l'œsophage. 
- Le noyau du grand hypoglosse est situé dans la partie dorsale du bulbe. Les fibres issues de ce noyau ainsi que la racine antérieure de CI innervent les muscles de la langue. Les racines antérieures C2 et C3 du plexus cervical s'anastomosent au XII pour innerver les muscles sous-hyoïdiens. 
Étage intégrateur 
Il est constitué d'un réseau d'interneurones responsable de la programmation de la commande motrice. Il est localisé dans le bulbe rachidien. Les interneurones sont regroupés en deux amas: un amas dorsal situé dans le noyau solitaire et dans la substance réticulée sous-jacente, et un amas ventral situé autour du noyau ambigu. 
Les interneurones de l'amas dorsal reçoivent les informations sensitives provenant des zones réflexogènes périphériques et des ordres venant du cortex cérébral; ils élaborent le programme de la déglutition; les interneurones de l'amas ventral distribuent ce programme aux différents noyaux moteurs. 
La notion de programme central de la déglutition implique que les différentes séquences motrices se succèdent toujours dans le même ordre une fois qu'elles ont été initialisées, sans le secours de réafférentations. Les afférences périphériques, cependant, modulent en permanence ce programme afin d'adapter la déglutition aux caractéristiques du bol alimentaire. La motricité de 1a musculeuse lisse œsophagienne est également dépendante du programmateur central par l'intermédiaire des informations vagales. La programmation centrale au niveau œsophagien se superpose à la programmation périphérique dépendante des plexus nerveux intramuraux. 
 
 
DÉGLUTITION VOLONTAIRE 
La zone corticale efficace pour déclencher la déglutition est située à la partie inférieure de la frontale ascendante (cortex fronto-orbitaire). Chez le mouton anesthésié, le réflexe de déglutition persiste après section des voies afférentes bulbaires lors de la stimulation de cette zone. Les fibres issues de cette zone empruntent les voies géniculées, traversent la capsule interne puis la région sous-thalamique. Les influx corticaux se projettent sur les interneurones de l'amas dorsal bulbaire, au niveau du noyau solitaire. Les voies corticobulbaires sont essentiellement directes. Cette aire corticale est sensorimotrice et elle reçoit des informations en provenance de la région buccopharyngée et laryngée par l'intermédiaire d'une voie ascendante faisant relais au niveau du pont et dans le thalamus. Il existe donc, outre le circuit réflexe court passant par le bulbe, une boucle «longue»passant par le cortex fronto-orbitaire et dont le rôle serait d'assurer la régulation de la déglutition en fonction des informations périphériques. La possibilité d'utiliser cette commande corticale est importante en réhabilitation fonctionnelle pour compenser volontairement des déficits nerveux ou musculaires. 
Chez l'homme, la suppression de cette commande corticale perturbe le temps préparatoire buccal (mastication, propulsion du bol alimentaire vers le pharynx) mais ne supprime pas le réflexe de déglutition. Les influx corticaux semblent, cependant, avoir un effet facilitateur sur la déglutition réflexe. Des lésions corticales même unilatérales (lésions de la partie latérale du gyrus précentrale et de la partie postérieure du gyrus frontal inférieur) peuvent provoquer un retard de déclenchement du réflexe de déglutition. Inversement, la commande bulbaire ne peut s'exercer que si le seuil d'excitabilité des centres bulbaires a été atteint: en effet, il est difficile de déglutir en absence de salive ou lorsqu'on a pratiqué une anesthésie de la cavité buccale ou de l'oropharynx. 
Des influx sous-corticaux en provenance de l'amygdale et de l'hypothalamus latéral facilitent également le déclenchement réflexe de la déglutition par des effets dopaminergiques. Les fausses routes observées chez les patients parkinsoniens trouveraient là une explication. 
 
 
 
Coordination entre la déglutition et les autres fonctions 
 
Déglutition et autres comportements d'ingestion alimentaire 
Pendant la déglutition, la mastication est inhibée chez l'animal mais après une période de mastication le seuil de déclenchement de la déglutition est abaissé. Les mouvements rythmiques de la mandibule et de la langue en manipulant le bol alimentaire ont un rôle facilitateur sur le déclenchement de la déglutition, réciproquement, la stimulation de la branche maxillaire supérieure du trijumeau ou de la zone masticatrice corticale chez le mouton entraîne une inhibition de la déglutition. 
 
Interrelations entre la déglutition et la respiration 
La déglutition possède un rôle fondamental dans la nutrition de l'individu. Cependant, elle possède également un rôle protecteur des voies respiratoires qui s'exerce aussi bien pendant l'acte de nutrition qu'en dehors de celui-ci: en effet, les mécanismes réflexes de la déglutition permettent d'éliminer les secrétions rhinopharyngées, trachéales, la salive et le contenu d'un éventuel reflux œsopharyngé. Il se produit une déglutition par minute chez le sujet éveillé; ce rythme se ralentit pendant le sommeil. 
Chez l'animal et semble-t-il aussi chez l'homme, la stimulation du nerf laryngé supérieur est suivie d'une apnée et d'une déglutition complète. La maturation de ce réflexe de déglutition se poursuit 2 mois après la naissance chez le chiot, lorsque la myélinisation des nerfs laryngés est complète. Chez l'enfant prématuré, la stimulation des zones réflexes entraîne une fréquence et une durée des apnées plus importantes que chez l'enfant né à terme, et le nombre de déglutitions postapnéiques est moindre. L'hyper réflexivité des enfants prématurés peut être liée à une immaturité des circuits centraux ou à une augmentation de la stimulation de la muqueuse interaryténoïdienne en décubitus dorsal. En effet le volume faible des sinus piriformes entraîne un débordement des secrétions rhinopharyngées et de la salive vers la muqueuse interaryténoïdienne qui est la région la plus déclive lorsque l'enfant est couché sur le dos. La dépression du centre déglutiteur bulbaire commandant le réflexe de déglutition à partir des informations véhiculées par le nerf laryngé supérieur, par des drogues anesthésiques ou un coma entraîne un risque de pneumopathie d'inhalation en dehors de toute prise alimentaire. 
Le croisement des voies aériennes et digestives impose une coordination étroite entre la déglutition et l'activité respiratoire. Du centre déglutiteur bulbaire partent des influx inhibiteurs sur les centres respiratoires lorsqu'un ordre de déglutition part vers les effecteurs périphériques, en particulier l'activité du nerf phrénique est inhibée. La respiration s'interrompt durant le temps buccopharyngé de la déglutition pendant environ une seconde. L'inhibition respiratoire est presque toujours suivie d'une expiration. Le réflexe de déglutition peut se déclencher à n'importe quelle phase du cycle respiratoire. Cependant, 80 % des déglutitions chez le sujet conscient se produisent durant l'expiration. Une déglutition coïncidant avec une phase expiratoire prolonge la durée de l'expiration, alors qu'une déglutition se produisant durant une phase inspiratoire interrompt cette phase inspiratoire et est suivie d'une expiration. Le volume courant au cours d'un cycle respiratoire suivant une déglutition est augmenté. L'organisation des cycles respiratoires est donc modifiée par l'absorbtion de nourriture, ce qui expliquerait les épisodes de désaturation observés au cours des repas chez les insuffisants respiratoires. L'expiration suivant la déglutition semble être un mécanisme protecteur des voies respiratoires en facilitant l'expulsion des résidus alimentaires contenus dans les sinus piriformes. 
La respiration est prioritaire sur la déglutition en cas d'asphyxie. La stimulation du nerf laryngé supérieur devient alors inefficace pour déclencher une déglutition. L'hypoxie seule semble déprimer le réflexe de déglutition alors que l'hypercapnie isolée ne la modifie pas. 
 
Nerfs crâniens (schéma) 
 
 
Innervation afférente de la bouche et du pharynx (schéma) 
 
 
Nerf trijumeau (V) (schéma) 
 
 
Nerf facial (VII) (schéma) 
 
 
Nerf glosso-pharyngien (IX) (schéma) 
 
 
Nerf vague (X) (schéma) 
 
 
Nerf accesoire (XI) (schéma) 
 
 
Nerf hypoglosse (XII) (schéma) 
 
 
 

 
 
 
 

 
 
 
 
 
   
 

 
 

________________________
les dunes changent sous l'action du vent, mais le désert reste toujours le mème!!!!


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 12 Avr - 20:18 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
moaliwalid
Commandant
Commandant

Hors ligne

Inscrit le: 20 Mar 2009
Messages: 2 343
Profession: étudiant
Grade:: Externe
Cancer (21juin-23juil)
Point(s): 1 063
Moyenne de points: 0,45

MessagePosté le: Dim 12 Avr - 21:42 (2009)    Sujet du message: controle neureulogique de la deglutition Répondre en citant

trop fort hyetis.......
________________________
من لم يشكر الناس لم يشكر الله عز وجل


Revenir en haut
Yahoo Messenger MSN
sidali
En progression
En progression

Hors ligne

Inscrit le: 07 Jan 2009
Messages: 3 011
Profession: etudiant en medecine
Point(s): 1 210
Moyenne de points: 0,40

MessagePosté le: Lun 13 Avr - 13:43 (2009)    Sujet du message: controle neureulogique de la deglutition Répondre en citant

bezaff fort ce poste !!  merci hyetis !

Revenir en haut
menator
Caporal
Caporal

Hors ligne

Inscrit le: 04 Jan 2009
Messages: 221
Profession: externe 5eme
Grade:: Externe
Gémeaux (21mai-20juin) 猪 Cochon
Point(s): 268
Moyenne de points: 1,21

MessagePosté le: Lun 13 Avr - 14:04 (2009)    Sujet du message: controle neureulogique de la deglutition Répondre en citant

Okay
________________________
19/03/09:DD est l'esclave des ILLUMINATI


Revenir en haut
moaliwalid
Commandant
Commandant

Hors ligne

Inscrit le: 20 Mar 2009
Messages: 2 343
Profession: étudiant
Grade:: Externe
Cancer (21juin-23juil)
Point(s): 1 063
Moyenne de points: 0,45

MessagePosté le: Lun 13 Avr - 14:33 (2009)    Sujet du message: controle neureulogique de la deglutition Répondre en citant

les message smilies sont interdit ménator........
________________________
من لم يشكر الناس لم يشكر الله عز وجل


Revenir en haut
Yahoo Messenger MSN
sidali
En progression
En progression

Hors ligne

Inscrit le: 07 Jan 2009
Messages: 3 011
Profession: etudiant en medecine
Point(s): 1 210
Moyenne de points: 0,40

MessagePosté le: Lun 13 Avr - 18:22 (2009)    Sujet du message: controle neureulogique de la deglutition Répondre en citant


moaliwalid a écrit:
les message smilies sont interdit ménator........ 


 

menator a écrit:

Okay

 
et sidou le confirme !! les messages smilie sont pas bons pour l'image du forum !!! 
prennez soin de skymedz !!et ce dernier prendera soin de vous !! c'est la regle du jeux  Smile
 


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 04:59 (2018)    Sujet du message: controle neureulogique de la deglutition

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum Algérien de Médecine Index du Forum -> Les autres spécialités -> Chirurgie dentaire Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com